Honni soit qui Mali pense…

Share

L’armée de l’Air dispose-t-elle de stocks suffisants en armements guidés ?

En d’autres termes, après avoir tiré plus de 1000 munitions guidées pendant l’opération Harmattan en 2011, les armées françaises (armée de l’Air et Marine confondues) ont-elles eu la possibilité de recompléter leurs stocks ?

La question peut être posée à la lumière des diverses images de l’opération Serval paraissant ici ou là. On a vu par exemple les Mirage F1CR posés à Bamako avec des bombes lisses (c’est à dire non guidées) Mk82 sous les ailes. Des bombes lisses qui pourraient également équiper les Mirage 2000D, filmés quant à eux en train de recevoir des pylones d’emport latéraux, adaptés à cet armement. Tout n’est pas négatif dans l’emploi de ces munitions non guidées : en marge des opérations lancées depuis N’Djamena, les Mirage F1CR pourront faire des missions de reconnaissance armée et tirer leurs bombes en toute autonomie, sans avoir de besoin du guidage laser habituellement fourni par les 2000D. Le Mirage F1CR n’emporte pas de nacelle de désignation laser. Le Mirage 2000D peut emporter quant à lui quatre Mk 82 de 250 kg simultanément, contre seulement deux GBU guidées de même masse. Deux fois plus d’explosif donc, ce qui est toujours bon à prendre contre des objectifs ne requérant pas une précision absolue.

Enfin, des photos récemment publiées montrent des Rafale de l’armée de l’Air au décollage de N’Djamena, avec seulement deux ou trois munitions guidées sous la voilure. Une configuration inhabituelle et peu « rentable », qui pourrait là aussi s’expliquer par une certaine tension sur les stocks. En attendant que les Alliés fassent crédit ? 

4 Comments

Drones y contratistas en África | Flanco Sur 17 janvier, 2013 - 3:31

[…] en Mauritania. Y por apoyo logístico se puede entender la provisión de suministros. Por ejemplo, bombas guiadas, de las que Francia puede andar escasa tras el gasto realizado durante la intervención aliada en […]

Louis-Marie Talarmin 21 janvier, 2013 - 10:40

est-ce que les pick up se trouvant face à eux nécessitent de tels engins (armement guidé) qui coûte une fortune alors que des bombes lisses et un bon canon de 30mm pourrait suffire (sur pas mal de photo, on voit la bouche de canon du rafale sans sa capsule)? Pourquoi ne pas envoyer de FS sur les dépôts ennemis (ou bien utiliser les bombes lisses) pour les détruire? Est-ce (encore) leur vocation?

Faublas 31 janvier, 2013 - 19:22

Votre remarque est excellente, mais dans le cadre d’actions qui ne doivent pas créer de « collateral damages » pour reprendre un expression américaine, le guidage, en particulier en zone urbaine est fondamental. De plus, les camouflages, certes rustiques, n’ont pas empêché la destruction des véhicules, et l’effet en fut certainement une sensation de vulnérabilité et d’impuissance des rebelles, qui, je pense était recherché. Le nettoyage à munition standard sera réservé à des zones dégagées ou l’effet élargi augmente le potentiel d’impact sur les rebelles…

Louis-Marie Talarmin 8 février, 2013 - 16:44

Merci pour ces compléments! Il est vrai que je m’imaginais plus les chasseurs français en train de poursuivre et mettre à mal des picks up et blindés légers dans de vastes étendues désertiques, avec peu d’effets collateraux!

Post Comment