LOADING

Type de recherche

Les premiers Griffon EPC livrés à la STAT

Partager
L'un des premiers exemplaires de Griffon EPC, désormais qualifié par la DGA (Crédits: GME Scorpion)

L’un des premiers exemplaires de Griffon EPC, désormais qualifié par la DGA (Crédits: GME Scorpion)

 

La Direction générale de l’armement (DGA) a annoncé aujourd’hui la qualification du Griffon « Engin poste de commandement » (EPC), l’une des versions principales de la famille VBMR. Les trois premiers exemplaires ont été livrés le 16 novembre à la STAT.

 

C’était l’un des jalons attendus cette année. Le stade de la qualification atteint, les véhicules perçus par la STAT permettront de poursuivre le processus d’évaluation technico-opérationnelle et d’envisager une perception rapide par les régiments.

 

« Cette qualification marque une nouvelle étape au service de la modernisation des équipements de l’armée de Terre », s’est félicité Stéphane Mayer, PDG du groupe Nexter qui forme, avec Thales et Arquus, le GME Scorpion.

 

D’autres véhicules sont, en parallèle, soumis à l’acceptation par le service qualité de la DGA sur le site de Nexter de Roanne. Pour le GME Scorpion, l’objectif sera de présenter 35 Griffon EPC de série aux opérations de vérification de la DGA d’ici 2021. Ce premier lot préfigure la perception par l’armée de Terre d’un total de 333 exemplaires, dont la moitié d’ici à 2025.

 

(Crédits : GME Scorpion)

(Crédits : GME Scorpion)

 

À l’instar du Griffon MEPAC, la version EPC ne se distingue pratiquement pas de la version VTT d’un point de vue extérieur. Une logique qui répond à un impératif : empêcher un adversaire « lambda » d’identifier la variante, donc de discriminer les cibles à haute valeur ajoutée. Au rang des différences, l’excroissance créée par l’ajout du mât et l’intégration sur le toit du tourelleau téléopéré T2 armé d’une mitrailleuse de 7,62 mm au lieu du modèle T1, qui peut recevoir d’autres armements. En revanche, le compartiment arrière est réaménagé pour laisser place à un poste de commandement armé par cinq soldats et doté de moyens de communications, d’écrans de grande dimension, d’un tableau et d’une imprimante. La climatisation a par ailleurs été renforcée afin de protéger l’électronique embarquée face à des conditions climatiques extrêmes.

 

« Grâce à son niveau de protection et sa mobilité, la variante EPC du GRIFFON permet de déployer sans préavis un poste de commandement au cœur des opérations. Le commandement de la force peut ainsi conduire un engagement ou suivre le déroulement d’une action de niveau régiment ou brigade », ajoutent les industriels. Son arrivée dans les forces est complémentaire de celle du Griffon VTT Félin, en vue de la projection d’un premier GTIA Scorpion en OPEX au Mali au second semestre 2021.

 

Loin des lignes de production, un nouveau cap a cette fois été franchi par l’école du Matériel de Bourges. Débutées l’an dernier avec l’aide des industriels, les primo-formations des maintenanciers se poursuivent depuis peu sur la dernière configuration du Griffon (V6). Cela comprend notamment la prise en main de la valise de diagnostic SERUM qui, une fois reliée au tableau de bord, permet de passer au crible l’ensemble du système et de repérer d’éventuelles usures et pièces défectueuses. Durant le premier trimestre 2021, ces primo-formations “V6” seront réalisées par les industriels au profit des maintenanciers des premiers régiments dotés de Griffon. L’école du Matériel prendra ensuite le relais à partir d’avril 2021.

Tags:

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *