Sept armées se rapprochent pour écrire une nouvelle page de l’histoire du CAESAR

Share

Sept pays ont formalisé hier la création d’un club dédié au CAESAR, lieu d’échanges privilégié pour progresser conjointement sur les évolutions techniques et l’emploi d’un système d’artillerie pour lequel l’intérêt va croissant.

Quel meilleur cadre que le musée de l’artillerie pour écrire une nouvelle page de l’histoire du CAESAR ? C’est en son sein, au coeur des écoles militaires de Draguignan, que naissait un club consacré à ce système d’artillerie, fruit d’une initiative lancée en janvier dernier par le chef d’état-major de l’armée de Terre, le général Pierre Schill, le délégué général pour l’armement, Emmanuel Chiva, et le PDG de KNDS France, Nicolas Chamussy.

Sept pays utilisateurs et futurs utilisateurs se sont succédés pour signer la charte fondatrice : la France, la Belgique, la Thaïlande, l’Indonésie, l’Arabie saoudite, la République tchèque et la Lituanie. Cinq autres délégations étrangères complétaient l’assistance, autant de prospects susceptibles de parier à leur tour sur la gamme CAESAR et d’élargir le cercle par la suite. 

Cet engagement « est la pierre angulaire de cette formidable entreprise de coopération internationale », déclarait en préambule le général Alain Lardet, représentant du CEMAT et actuel sous-chef plans-programmes au sein de l’état-major de l’armée de Terre.

« L’artillerie a retrouvé récemment une place prépondérante sur l’échiquier militaire. (…) Les leçons apprises du Haut-Karabagh, les combats qui font rage à l’est de l’Europe, le rôle non démenti des appuis-feux dans les opérations de stabilisation : tous les conflits contemporains nous rappellent la primauté d’une artillerie », soulignait l’ancien commandant de la Légion étrangère. 

« Dans un cycle d’évolutions technologiques où chaque acteur s’adapte toujours plus rapidement, le CAESAR incarne cette supériorité technologique et cette capacité de domination par les feux. (…) Pour autant, et ne nous y trompons pas, cette excellence opérationnelle du CAESAR n’est ni un acquis, ni une fin en soi », complétait le général Lardet. 

Espace de dialogue autant qu’incubateur d’idées, ce club CAESAR s’inscrit parfaitement dans une « quête perpétuelle » d’évolutions qui requiert « énergie, moyens et capacités à innover ». Loin du consortium de circonstance, ce qui sera aussi un canal de diffusion des retours d’expérience « doit nous permettre de nous réinventer » et contribuera à faire naitre de nouveaux concepts d’emploi sur les plans technique, tactique et du soutien. 

Acheteuse en 2022 d’un premier lot de neuf CAESAR Mk II, la Belgique consolide par là sa position de partenaire de premier rang de l’armée de Terre. Pour un officier de la délégation belge, ce club « ouvre la possibilité de gagner en expérience sur un système d’arme que nous percevrons seulement en 2027. Cela permet de préparer l’avenir en établissant des contacts avec les partenaires français, qu’il s’agisse des unités opérationnelles ou de l’école de l’artillerie car nous prévoyons de former nos instructeurs ici, à Canjuers et à Draguignan ». 

Inaugurée par un tir de canon de 75, cette journée inaugurale s’est poursuivie sur le camp de Canjuers (Var), lieu retenu pour accueillir une démonstration dynamique conduite par le 35e régiment d’artillerie parachutiste ainsi qu’un « village d’innovations » propres à répondre aux enjeux actuels et futurs. 

Crédits image : armée de Terre