Mais qui est Gavin Williamson?

Share

Mais qui est Gavin Williamson ? Dépourvu de la moindre expérience militaire, il n’a jamais dirigé le moindre ministère et n’était, pour la plupart des Britanniques, qu’un illustre inconnu….jusqu’à hier et sa nomination surprise au poste de secrétaire d’État à la Défense du Royaume-Uni en remplacement de Michael Fallon, poussé à la démission suite à des accusations d’harcèlement sexuel.

Gavin Williamson (D), nouveau secrétaire d’État à la Défense du Royaume-Uni (Crédit photo: Reuters/T. Melville)


 
« Le Royaume-Uni fait face à des menaces croissantes au sein d’un contexte sécuritaire international qui s’aggrave, rendant le travail de la Défense d’autant plus important. Il est impératif que nous continuions à livrer bataille contre Daech et à préserver la sécurité de la Grande-Bretagne. À l’heure où nous quittons l’Union européenne, et forgeons une nouvelle Grande-Bretagne, la Défense a l’opportunité de renforcer de vieilles amitiés et de contribuer à en forger de nouvelles partout dans le monde », a déclaré hier Williamson dans un premier communiqué officiel.
 
Il s’agit de la seconde « promotion éclair » pour ce politicien Conservateur de 41 ans, élu pour la première fois au Parlement en 2010. Diplômé en sciences sociales de l’université de Bradford, cet ex-chef d’entreprise a ensuite servi d’adjoint à l’ancien premier ministre David Cameron avant d’être nommé « Chief Whip » de la Chambre des communes en juillet 2016 par Theresa May, et devenir l’un de ses plus proches alliés. En tant que « chef de la discipline » du parti Conservateur, Williamson fut les yeux et les oreilles de May. En d’autres termes, sa responsabilité principale consistait à faire respecter la ligne dictée par le parti au pouvoir, en s’assurant notamment que les parlementaires votent selon la manière souhaitée.
 
Loin d’avoir suscité l’unanimité de la classe politique britannique, la nomination de Williamson a néanmoins reçu le soutien des Conservateurs, malgré un manque total d’expérience dans les questions militaires. Selon le Conservateur Bob Stewart, ancien colonel dans l’armée britannique, ce remaniement ne causera aucun tort aux militaires. « [Williamson] ne comprendra pas grand-chose à la défense, mais je crois que les fonctionnaires du ministère de la Défense, les généraux, et les forces armées elles-mêmes ne s’en soucieront pas trop car il est le genre de personne qui écoutera attentivement, acceptera les conseils, mais prendra ensuite sa propre décision », déclarait hier Stewart dans une interview à la BBC.
 
Préférant la « carotte aiguisée » au bâton, Williamson semble disposer d’un solide sens politique et du respect de ses pairs. Une posture nécessaire, à l’heure où il lui faudra compiler avec la méfiance des militaires britanniques, un budget en déclin, un matériel vieillissant, et la poursuite des opérations extérieures.