Livre blanc : les tourments français franchissent le Channel…

Share


Le Telegraph, quotidien britannique le plus vendu et traditionnellement proche du parti conservateur, publie aujourd’hui un article sur le remue-ménage français autour de la future loi de programmation politique. Il se fait à cette occasion largement l’écho du récent coup de gueule (contre la baisse du budget de la Défense) de la présidente socialiste de la commission de la Défense, Patricia Adam, dans les colonnes du Monde.  

Vu depuis Londres, une réduction drastique du budget français pourrait considérablement affaiblir le lien franco-britannique et remettre en cause l’impact du traité de coopération de Lancaster House signé en 2010 . « Nous sommes en discussion permanente avec les Britanniques sur ce que nous pouvons partager en matière militaire, mais vous ne pouvez partager que ce que vous avez, pas ce que vous n’avez pas » explique Patricia Adam dans le quotidien britannique.

La coopération franco britannique a fonctionné à plein pendant l’opération libyenne et plus près de nous pendant les combats au Mali. Elle s’étend également dans le domaine des drones, de la cybersécurité et des missiles.

Le Telegraph explique ensuite les subtilités de l’alphabet pratiqué à Paris avec le fameux plan Y (« seulement » 15 milliards de coupes dans le budget d’ici 2020) ou le plus terrible encore plan Z. Celui-ci déboucherait sur une réduction des forces armées de 50.000 hommes d’ici 2015 : 30.000 pour l’armée de Terre, 10.000 pour la Marine et 10.000 pour l’armée de l’Air. Difficile dans ces conditions de continuer comme si de rien n’était en matière de coopération franco-britannique. Plusieurs programmes menés en coopération seraient alors sérieusement menacés, à commencer par exemple par l’A400M dans lequel le fragile équilibre économique repose autant sur les commandes françaises (50 appareils en cible, mais ce chiffre baissera avec la prochaine Loi de programmation militaire, c’est une quasi certitude…) que britanniques (25 appareils)… Idem dans le domaine des missiles, avec le leader européen du secteur et n°2 mondial, MBDA, qui serait très exposé de part et d’autre de la Manche.

Du côté de la hiérarchie militaire britannique, on ne se fait guère d’illusions sur les choix difficiles qui attendent leurs collègues français…