Début du passage de témoin pour l’emploi du mortier de 120 mm tracté

Share

Des artilleurs vers les fantassins, le passage de témoin pour l’emploi du mortier de 120 mm tracté a démarré à Draguignan (Var). Une première étape vers le reversement de cette capacité d’appui-feu dans l’infanterie, conformément au plan du chef d’état-major de l’armée de Terre, le général Pierre Schill. 

« La semaine dernière a commencé la formation sur le mortier de 120 mm au profit des référents de l’école de l’infanterie », déclaraient cette semaine les écoles militaires de Draguignan (EMD). Au menu : 15 jours d’appropriation ou de réappropriation théorique de la pièce pour les instructeurs de la cellule mortier de l’école de l’infanterie.

Dispensé par les cadres de l’école de l’artillerie, ce cycle se poursuivra début 2024 dans le Var par deux semaines de formation pratique au sein du camp de Bergerol et s’achèvera par une école à feu sur le camp de Canjuers. 

« Pour l’école de l’infanterie, cette solide séquence de formation représente la toute première étape vers l’acquisition de sa propre capacité à former les instructeurs », indiquent les EMD. Des instructeurs qui, à leur tour, mettront sur pied les noyaux des neufs prochaines sections d’appui mortier 120 des régiments d’infanterie dit « de nouvelle génération ». Au rang des concernés, le 1er régiment d’infanterie, le 2e régiment étranger de parachutistes, le 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine ou encore la 13e demi-brigade de la Légion étrangère. 

Cette formation, c’est l’un des signes tangibles d’une dynamique de fond visant à basculer d’une « armée de Terre de contact » à une « armée de Terre de combat ». Les régiments d’infanterie, pour ne citer qu’eux, seront à terme plus ramassés mais dotés de capacités renforcées. Le retour du mortier s’accompagne ainsi de la mise sur pied d’une section de guerre électronique par régiment, du déploiement de munitions téléopérées et de robots terrestres, et de la densification des capacités antichars. 

Crédits image : EMA