Avancées multiples pour le programme SCORPION

Share

Entre qualifications de nouvelles variantes et déploiement dans les forces, le programme SCORPION de l’armée de Terre progresse vers les principaux objectifs fixés pour 2023, dont l’atteinte de 25% de la cible globale définie pour 2035. 

D’ici fin 2023, près de 300 Griffon, Jaguar et Serval supplémentaires auront été livrés au client français par les groupements formés par Nexter, Arquus et Thales d’un côté, par Nexter et Texelis de l’autre. Plus d’un quart des véhicules SCORPION attendus d’ici à 2035 seront alors en service dans l’armée de Terre, jalon symbolique d’une « modernisation qui se poursuit », pointait son chef d’état-major, le général Pierre Schill, début octobre en audition parlementaire. Plusieurs avancées ont été officialisées cette semaine, les plus marquantes relevant du Serval.

Serval : six exemplaires ont été livrés au Centre d’appui et de préparation au combat interarmes (CAPCIA-51e RI) de Mourmelon, annonçait hier la Direction générale de l’armement. Le 25 septembre, celle-ci qualifiait les versions sanitaire et observation d’artillerie du Serval « véhicule de patrouille blindé ». « Les véhicules Serval VPB OA et VPB SAN ont subi chacun une campagne d’essais respectivement de 7 et 15 semaines », indique la DGA, qui aura mobilisé quatre de ses centres d’expertise et d’essais pour l’occasion.

Si le VPB SAN équipera le personnel médical mobile du Service de santé des armées, l’autre modèle aura pour vocation de « transporter une équipe d’observateurs avancée JTAC (Joint Terminal Attack Controller) et d’assurer les communications entre les moyens engagés au sol et les capacités d’appui aérien ». Les travaux se poursuivent par ailleurs sur d’autres variantes, dont certaines plus complexes relatives à la guerre électronique, la défense surface-air ou les communications tactiques. 

Griffon : pas de livraisons annoncées, mais une version engin poste de commandement (EPC) bientôt dotée d’un terminal de communication satellitaire en mouvement (SATCOM On The Move) conçu par Thales. Cinq exemplaires seront fournis pour équiper autant de véhicules et former une capacité mise à contribution dès la fin de cette année. Les versions sanitaire (SAN) et d’observation d’artillerie (VOA) sont quant à elles entrées récemment en ligne sur le site roannais de Nexter, épicentre du volet industriel de SCORPION.

Jaguar : là aussi, pas de livraisons mais la réalisation il y a peu des premiers tirs en mouvement sur cibles mobiles à partir du canon téléscopé de 40 mm. Un jalon franchi avec succès sur le parcours de tir de Lagne du camp de Canjuers (Var) et qui préfigure l’adoption, en théorie l’an prochain, d’un nouveau standard dit « R2 ». 

Cette dynamique globale se maintiendra en 2024, « année au cours de laquelle nous allons passer de 25% de notre scorpionisation à 36% », annonçait le CEMAT. Selon le ministère des Armées, 33 Jaguar, 138 Griffon, 8 Griffon MEPAC et 103 Serval seront perçus par les forces l’an prochain. Près de 1,5 Md€ sont également prévus en autorisations d’engagement pour l’acquisition de 253 Griffon, 45 Jaguar et 97 Serval supplémentaires. S’agissant des commandes, SCORPION sera alors parvenu aux trois-quarts du parcours.  

Derrière le volet matériel, l’armée de Terre s’apprête à valider l’un des objectifs majeurs de sa transformation : l’opérationnalisation d’une première brigade interarmes SCORPION, principal enjeu de l’exercice technico-opérationnel BIA 23 conduit prochainement par les régiments de la 6e brigade légère blindée. 

Crédits image : 3e RPIMa/armée de Terre