LOADING

Type de recherche

La France reste le 1er client européen de la filière défense wallonne

Partager

Pour la 5ème année consécutive, la France reste le meilleur client européen de l’industrie de défense wallonne. En 2019, la région belge aura approuvé l’équivalent de 60 M€ en licences d’exportation en direction du voisin français, révèle le dernier rapport annuel sur les ventes d’armes rédigé par le gouvernement wallon.

Tous continents confondus, la Région wallonne aura avalisé 1299 licences d’exportation définitives en 2019. Celles-ci représentent un montant total de 2,65 Md€ et une hausse de 180% par rapport à l’année précédente (950 M€). Seules trois licences ont été refusées, à destination de l’Arabie saoudite et des Philippines. A contrario, l’importation vers les entreprises wallonnes et les particuliers a considérablement diminué pour ne plus représenter que 170 M€, contre plus de 600 M€ l’année précédente.

Si l’Europe continue d’être un marché majeur pour l’industrie wallonne, la 1ère place revient à l’Amérique du Nord. Porté par le contrat signé entre John Cockerill Defence (ex-CMI) et le groupe américain General Dynamics, le Canada est de loin, et comme en 2014, le principal client export de l’industrie wallonne (1,8 Md€). Loin devant l’Arabie saoudite (302 M€), l’Inde (160 M€), les USA (107 M€) et la France.

Le marché FPSA, succès parmi d'autres décrochés par l'industrie de l'armement wallonne auprès du client français (Crédits : armée de Terre)
Le marché FPSA, succès parmi d’autres décrochés par l’industrie de l’armement wallonne auprès du client français (Crédits : armée de Terre)

« Sans surprise, les marchés de proximité (France, Royaume-Uni, Allemagne) ainsi que l’Italie et le Portugal concentrent une part importante des transactions », souligne le rapport. La France conserve sa 1ère place parmi ces débouchés européens avec 288 licences approuvées pour une valeur totale de 60 M€. Soit 30% des exportations réalisées au sein de l’Europe (élargie à la Suisse, la Turquie et la Norvège).

Comme d’accoutumée, la teneur exacte de ces contrats n’est pas détaillée. À l’instar des rapports au Parlement sur les exportations d’armement de la France, le document wallon ne développe les licences que par pays et par catégorie de matériels. Côté français, les transactions validées en 2019 se rapportent pour moitié aux petits armements, le reste étant globalement réparti entre les munitions et les aéronefs et leurs composants. Industriels et militaires français sont des clients réguliers de l’armurier liégeois FN Herstal. Les premiers intègrent de l’armement belge sur leurs plateformes, quand les seconds requièrent des livraisons régulières pour l’entretien et le renouvellement des parcs de MAG 58, MINIMI, fusils d’assaut SCAR et, bientôt, fusils de précision SCAR-H PR (FPSA).

Ce positionnement devrait se maintenir avec la montée en puissance du programme CaMo, dont les retours sociétaux et partenariats industriels qui en découlent commencent à se formaliser. Le 1er septembre, Nexter et FN Herstal ont conclu un accord stratégique dans ce cadre, avec de nouveaux contrats et de l’activité en perspective pour l’industriel liégeois.

Tags:

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *