LOADING

Type de recherche

FOB Interview: Colonel Cadapeaud, programme Scorpion (3ème partie)

Partager

Troisième et dernière partie de cette plongée dans le programme Scorpion avec son officier programme, le colonel Cadapeaud, en se concentrant aujourd’hui sur les futurs équipements.

 

A quoi ressemblera le successeur du VAB ?

Le VBMR (véhicules blindés multirôles) sera un engin simple et robuste avec un niveau de protection élevé. Simple, c’est une conduite sous pare-brise, un moteur à l’avant et un espace ouvert à l’intérieur. Il sera conçu pour être configurable selon la mission et disposera d’un armement téléopéré. Il offrira une forte capacité d’emport et d’un espace intérieur d’un seul tenant et supérieur au VAB. Blindé de 20 tonnes, 6X6, il ne sera pas plus large que le VAB, mais bien mieux protégé. Tous les kits sont prévus : infanterie, génie, ravitailleur logistique, dépannage… Une version mettra en œuvre un mortier de 120mm embarqué et non plus tracté afin de participer à la protection des hommes et à l’accélération de la manœuvre et des feux.

 

Et l’EBRC ?

Alors que le VBMR est conçu pour des missions de transport, l’EBRC (engin blindé de reconnaissance et de combat) sera un engin de combat. Il offrira une haute capacité de feu et d’acquisition d’objectifs, alliée à une forte mobilité afin d’offrir une bonne réactivité au combat. 6X6 tout comme le VBMR, il fera 25 tonnes maximum, donc léger et ramassé pour un tel engin. Il disposera d’une tourelle habitée 2 hommes de 40 mm multicibles et à fort débattement en site. La tourelle sera multimodes en agression, grâce au système air-burst du 40 CTA, et il sera équipé du missile MMP (le même que l’infanterie, là aussi pour rationaliser les armements) pour pouvoir engager des cibles éloignées et durcies. L’EBRC représente un vrai enjeu, car, unique engin de la cavalerie médiane, offrir de telles capacités sur un engin léger et à roues est nécessaire mais compliqué.

 

Quels seront les systèmes d’armes de Scorpion ?

Nous allons progressivement remplacer la multitude de systèmes existants par seulement quelque uns, communs à toutes les unités. Par exemple le canon de 20 mm disparaîtra. Il ne restera que la tourelle TOP de 7,62 ou 12,7 mm, puis le canon de 40 mm, qui remplacera les canons de 90 mm, de 105 mm et le missile Hot. Le MMP lui sera commun à la cavalerie et à l’infanterie et remplacera le Milan, le Hot et l’Eryx. Nous n’aurons ainsi plus que 3 types d’armement. Quatre avec le canon 120 mm du Leclerc.

 

Le programme Contact a été notifié avant l’été pour le remplacement des radios PR4G. Est-ce une étape de Scorpion ?

Le programme Contact ne fait pas parti du périmètre du programme Scorpion. Mais c’est un système absolument nécessaire pour son bon fonctionnement, puisqu’il permettra l’échange de données haut débit. Contact c’est le flux de Scorpion entre ses trois cœurs (SICS, vétronique et simulation embarquée).

 

La démonstration du combat collaboratif (DCC) a eu lieu en juin, quel était son objectif?

Cette expérimentation DCC avait été demandée dès 2009 pour l’EMA et la DGA dans le DLC de SCORPION étape 1. DCC est également en phase avec l’aboutissement du PEA (Programme d’Etude Amont) BOA (Bulle opérationnelle aéroterrestre). Son objectif était d’expérimenter en réel ce que ce sera Scorpion et donc les nouvelles capacités, avec un partage de situation tactique étendu, simplifié et accéléré, une manœuvre repensée et renforcée par des capacités nouvelles (air-burst, le tir au delà de la vue directe et mortiers embarqués, bien entendu simulés mais également réels avec des capteurs déposés et toute une gamme de robots et drones). Cette expérimentation a permis de valider les choix faits. Et ce fut un succès. Le programme Scorpion est aujourd’hui une réalité.

 

crédit photo: Sirpa terre

Tags:

2 Commentaires

  1. Manu 21 septembre, 2012

    Et le 25mm du VBCI?

    Répondre

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *