Sofradir devient leader mondial

Share

Allez, un cocorico pour bien débuter la semaine! La société française Sofradir, spécialisée dans la fourniture de système Infra-rouge, devient le leader mondial du marché des détecteurs infrarouge de 2e génération pour applications militaires. La petite pépite française occupe dorénavant plus de 25 pour cent des parts de marché de ce secteur très novateur. C’est le très sérieux cabinet de consultant américain Maxtech International qui l’affirme  dans son étude « The World Market for Military Infrared Imaging Detectors and Systems ».

Ce succès intervient quelques jours seulement après une recomposition du capital de Sofradir, qui est maintenant détenu à parts égales entre Thales et Safran, comme FOB l’avait déjà indiqué.

Ce marché, très complexe, compte seulement une poignée de fabricants de détecteurs infrarouge capable d’en produire plus de 2 000 par an.

Philippe Bensussan, Président Directeur Général de la société qui se félicite de ce succès, a ajouté qu’ « avec le renforcement récent de notre actionnariat, de nouveaux actifs apportés par Safran et Thales nous permettrons d’élargir notre portefeuille de technologies infrarouge et de renforcer la position de leader mondial de Sofradir ».

Pour mémoire, la technologie de Sofradir est utilisée dans des imageurs thermiques (photo), les autodirecteurs de missiles, les véhicules blindés (VBCI, Leclerc…), et dans de nombreux équipements de surveillance et d’observation militaires et spatiaux. Sofradir a livré 5 000 détecteurs infrarouge en 2011, soit 600 de plus qu’en 2010, ce qui lui permet de devancer ses concurrents, notamment américains qui était auparavant leader sur ce segment.

Le siège de Sofradir est situé à Châtenay-Malabry près de Paris et ses centres de productions ULIS en France sont près de Grenoble. Le groupe dispose aussi d’une filiale américaine Sofradir EC, basée dans le New Jersey aux Etats-Unis. Sofradir, ULIS et Sofradir EC emploient plus de 550 personnes. Son chiffre d’affaires annuel pour 2011 est estimé à 150 millions d’euros.