Parfum (léger) de scandale aux Etats-Unis

Share

La chaine de télévision NBC a récemment diffusé un reportage montrant que l’arrivée des dépouilles des soldats américains tués dans pendant la guerre du Pacifique, pendant les guerres de Corée ou du Vietnam, n’étaient que des mises en scène. Depuis sept années à raison de trois ou quatre cérémonies par an, ces retours en sol américain se font à Hawaï sous la responsabilité du Joint POW/MIA Accounting Command (JPMAC) qui fournit une garde d’honneur, tandis que la cérémonie se tient sous les regards du public.

Le documentaire de la télévision américaine montre que les cercueils métalliques contenant les restes des soldats, et recouverts de la bannière étoilée, ne font qu’un aller-retour depuis leur zone de stockage où ils restent parfois plusieurs années. Pour faire illusion, et bien avant l’arrivée des invités, le JPMAC met toutefois en place un avion cargo dans lequel les cercueils sont placés, avant d’en être sortis en grande pompe. Pour tenter de faire taire les critiques, le JPMAC a décidé qu’il ne parlera plus de « arrival ceremonies », mais de « honors ceremonies ». Un détail sémantique qui ne calme pas la colère des associations de vétérans qui accusent le JPMAC de prendre plus soin de son image que des dépouilles qui lui sont confiées.

Le JPMAC identifie une moyenne de 80 soldats par an, pour un coût moyen d’un million de dollars par dépouille. Le commandement semble totalement dépassé par sa mission, les corps attendent en moyenne onze ans avant de passer dans le laboratoire qui permettra leur identification. On évalue outre Atlantique à 83000 le nombre de soldats américains tués dans les guerres asiatiques et toujours portés manquants.