Nouveau pacte de défense France-Vietnam : résurrection d’une passion indochinoise ?

Share

La semaine dernière, le Vietnam et la France ont signé un document spécifiant la nature de leur relation en matière de défense pour les dix années à  venir. Ce pacte – appelons-le ainsi car il dépasse le niveau d’une simple vision commune théorique – a été conclu lors de la visite du ministre vietnamien de la défense Ngo Xuan Lich en France. Il représente un nouveau pas en avant dans les relations de défense croissantes qui se tissent entre les deux pays héritiers d’une envoûtante histoire commune.
 

Ngo Xuan Lich, ministre vietnamien de la Défense, et Florence Parly, son homologue française, avec le document de vision commune sur la coopération en matière de défense 2018-2028, signé à Paris le 17 septembre 2018 (Photo : qdnd.vn)


 
Eh oui ! Il est impossible d’ignorer la formidable relation historique qu’entretiennent la France et le Vietnam depuis près de deux siècles. Allez, un petit saut du passé au présent ! En 2009, les deux pays ont signé un pacte de coopération en matière de défense, couvrant des échanges croissants et la collaboration dans des domaines tels que le maintien de la paix et la médecine militaire. En 2013, ils ont franchi une étape supplémentaire en s’engageant dans un « partenariat stratégique ». L’année 2018 s’est révélée propice à un approfondissement de cette relation privilégiée car elle marque le 45e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays et le 5e anniversaire de la signature de leur partenariat stratégique. Cet approfondissement des relations bilatérales a été marqué par des actions symboliques – la première visite d’une escadrille de l’Armée de l’Air au Vietnam pendant le mois d’août – et des événements d’ordre plus général, comme la visite en France, au mois de mars, de Nguyen Phu Trong, secrétaire général du Parti communiste vietnamien ; il s’est agi de la réunion au plus haut niveau entre les deux parties depuis l’arrivée au pouvoir du président Emmanuel Macron.
 
La semaine dernière, les relations militaires entre les deux pays ont franchi une étape supplémentaire avec la visite du ministre de la Défense vietnamien Ngo Xuan Lich en France, du 15 au 20 septembre, à l’invitation de la ministre française des Armées, Florence Parly. Au cours de sa visite, Ngo Xuan Lich et sa délégation ont rencontré plusieurs responsables français, dont la ministre, bien sûr, ils ont visité des installations de défense françaises et ont organisé des événements parallèles pour renforcer la collaboration dans plusieurs domaines de la défense. Il y a également eu une série d’interactions liées à la visite de Ngo Xuan Lich, notamment la tenue du premier dialogue ministériel franco-vietnamien sur la stratégie de sécurité et de défense, le 18 septembre, et la révision de l’accord de coopération de défense initial signé en 2009.
 
L’élément principal de cette visite a été la signature de la déclaration de vision commune sur la coopération en matière de défense. Comme c’est le cas avec de tels documents, le Vietnam signe avec des partenaires clés une déclaration qui officialise les domaines de collaboration que les deux parties développeront pendant une période donnée – en l’occurrence jusqu’en 2028 –, évoquant d’emblée un renouvellement potentiel.
 
Sans surprise, peu de détails ont été dévoilés sur le contenu spécifique de ce pacte de défense (on peut le qualifier différemment, par exemple « déclaration de vision commune en matière de défense »). Le ministère vietnamien de la Défense a seulement fait remarquer que cette déclaration couvre des domaines dans lesquels les deux parties collaborent parfois déjà mais en ajoute d’autres, qu’il s’agisse d’échanges militaires (mais encore ?), de formation, d’exercices militaires conjoints, d’industrie de défense, de médecine militaire, d’opérations de maintien de la paix, de sécurité maritime (un enjeu très « chaud », vu le comportement de la Chine dans certaines eaux internationales sur lesquelles elle prétend exercer sa souveraineté) et d’autres questions régionales et internationales d’intérêt commun.
Parlant de l’importance de la déclaration, le ministre Lich a déclaré que cette déclaration conjointe, ce pacte, représente la manière dont les liens de défense bénéficient d’un nouveau pas en avant, conformément au partenariat stratégique signé, et que cela serait bénéfique non seulement pour les deux pays, mais plus généralement pour la région. Une enthousiasmante déclaration de bonnes intentions que l’on est avide de voir se concrétiser dans chacun des domaines concernés ! Celui de l’industrie de défense est celui qui nous intrigue peut-être le plus.