Et maintenant les Kiwis…

Share

C’est à présent au tour de la Nouvelle Zélande d’annoncer son retrait anticipé d’Afghanistan, avec environ huit mois d’avance sur la date initialement fixée. Les 150 hommes et femmes envoyés par Wellington devraient rentrer au pays au plus tard à la fin du mois d’avril 2013, au lieu de la fin 2013 comme c’était initialement planifié. Est ce un signe de la lassitude des opinions publiques ou la preuve que les objectifs recherchés ont été atteints  plus tôt que prévu ? Question difficile s’il en est… Toujours est-il que la Nouvelle Zélande a perdu cinq soldats dans le courant du mois d’août. C’est une perte très douloureuse à l’échelle du contingent qui avait été relativement épargné jusque là : cinq morts depuis le début du déploiement… en 2011 !

Les Néo Zélandais, ont la charge d’un PRT (Provincial Reconstruction Team) dans la province de Bamiyan, environ 200 kilomètres au nord-ouest de Kaboul. Ils sont essentiellement ravitaillés par voie aérienne et c’est là que le bât blesserait selon les autorités néo-zélandaises puisque la réfection de la piste à partir du mois de mai interdirait son utilisation par les C-130. Ce qui, selon les mots du ministre néo-zélandais de la défense, imposerait un rapatriement anticipé. A quoi tient une politique étrangère !

(illustration : comité d’accueil pour les nouveaux arrivants sur la « Kiwi base ». Photo armée néo zélandaise)