La tourelle Skyranger 30, porte d’entrée du missile Mistral au Danemark

Share

Intégrer des missiles sol-air Mistral 3 sur la tourelle Skyranger 30 de Rheinmetall, c’était l’idée présentée cette semaine au Danemark par MBDA. Une solution encore au stade du modèle réduit, mais que le missilier européen cherche à matérialiser en misant sur un besoin danois bien identifié. 

Mistral + Skyranger 30

Peu évoquée depuis le lancement en mars 2021 de cette tourelle inhabitée, la piste du Mistral 3 gagnait en consistance à l’occasion d’un salon de défense organisé durant deux jours par le pendant danois de la Direction générale de l’armement (DGA), la DALO. 

Bien qu’au stade du concept, la proposition de MBDA repose sur un lanceur déployable modifié pour l’emport d’au maximum quatre missiles. La détection et le suivi de menaces à 360° continueront de reposer sur les quatre panneaux radar AESA et le viseur EO/IR stabilisé présents d’origine sur la tourelle. 

Dernière évolution d’un missile presque quarantenaire, le Mistral 3 garantit l’interception d’une menace dans un rayon de 8 km et jusqu’à 6000 mètres d’altitude, le tout à plus de 3300 km/h. Il se veut par là complémentaire plutôt que redondant du canon de 30 mm, efficace jusqu’à 3 km selon Rheinmetall. 

L’intégration sur un blindé conçu à l’origine pour le transport de troupes vient par ailleurs ajouter un surplus de capacité. Rien n’empêche de débarquer une partie de l’équipage pour aller déployer une version MANPADS du Mistral dans les endroits inaccessibles au porteur. Le toit d’un immeuble, par exemple. 

Le Danemark en ligne de mire

Si « le Mistral 3 est prêt à être tiré depuis une tourelle Skyranger 30 » selon MBDA, reste à convaincre l’armée qui permettra de basculer du stade de la maquette et des visuels 3D à celui d’un démonstrateur prêt à entamer les expérimentations. 

Plusieurs pays européens ont retenus la tourelle de Rheinmetall ou projette de le faire. L’Allemagne, d’une part, souhaite l’intégrer rapidement sur une vingtaine de blindés Boxer pour répondre au programme « Nah- und Nächstbereichsschutz » (NNbS). Une décision serait prise au second semestre 2023, mais sans certitude quant au type de missile embarqué. 

La Hongrie, d’autre part, a exprimé son intérêt pour une version anti-aérienne du KF41 Lynx, blindé chenillé acquis à 218 exemplaires en 2020. Mais Budapest, bien que privilégiant l’option Skyranger 30 et étant déjà utilisateur de la version MANPADS du Mistral, n’a pas encore statué sur la configuration de sa future tourelle.

Après avoir approché un client dont le besoin ne s’avérait finalement pas urgent, MBDA concentre aujourd’hui ses efforts sur le Danemark. Née avant un conflit russo-ukrainien, l’exigence pour un système de défense antiaérienne courte portée (SHORAD) mobile y serait en effet plus ancienne et plus mature. 

Contrairement aux Allemands et aux Hongrois, l’armée danoise s’est déjà positionnée sur la tourelle Skyranger 30, sélectionnée cette année pour transformer une partie des 309 blindés 8×8 Piranha V acquis en 2015 en plateformes SHORAD. Confié à l’entreprise locale Terma, l’intégration des sous-systèmes passe notamment par la sélection d’un missile sol-air, processus pour lequel MBDA ne manque visiblement pas d’idées.