La rentrée sera chaude au 1er RHC

Share

En vol vers leur base d’Etain en décembre dernier, les deux premiers Tigre HAD et un des premiers NH90 du 1er RHC. Photo Frédéric Lerts


 
Le régiment d’hélicoptères de combat de Phalsbourg (et merci aux lecteurs ayant signalé mon lapsus calami), qui a reçu ses deux premiers Tigre HAD dans les dernières heures de 2013, attend toujours les suivants… Son objectif est d’en recueillir trois supplémentaires d’ici l afin de l’année, la cible finale étant de 25 appareils en… 2019. Fort de seulement deux appareils, le régiment continue toutefois de se préparer à l’envoi de l’un d’entre eux dans le Sahel au mois d’octobre.
Sept équipages sont actuellement formés sur le nouvel hélicoptère de combat, un huitième le sera courant août et ce volume de navigants restera ensuite stable jusqu’en fin d’année. Un gros travail de formation est fait actuellement sur l’emploi du système d’arme antichar Hellfire, qui est la marque de fabrique du Tigre HAD par rapport au HAP déjà en service dans l’Alat. Faute du « cockpit trainer »  HAD qui n’arrivera qu’en 2015 (il s’agit de copies parfaites de cockpits avec un visuel sur 240°, mais sur une base fixe), les équipages s’entrainent aujourd’hui en vol avec des missiles inertes ou bien en utilisant l’entraineur tactique Edith configuré pour la gestion du missile Hellfire. Ils se déplacent également au Luc pour y utiliser les simulateurs de l’Ecole Franco Allemande.
En l’état actuel des choses, les équipages de Tigre HAD qui partiront dans le Sahel seront bien évidemment formés à l’emploi du missile Hellfire, au besoin dans des scénario faisant appel à une illumination des cibles déportée (par exemple fournie par les forces au sol). Mais le champ des possibilités ouvertes par le Hellfire étant immense, des pans entiers de son emploi resteront sans doute à défricher tout au long des mois à venir, au fur et à mesure de la montée en puissance du 1er RHC.
Le défi auquel fait face le 1er RHC est d’autant plus ardu qu’en plus du Tigre HAD, le régiment devrait aussi envoyer vers le Mali deux NH90 nouvellement entrés en service en son sein. L’été sera chaud à Phalsbourg et l’automne aussi.