La réforme militaire chinoise se poursuit

Share

Le mois passé nous en avions discuté à plusieurs reprises, Xi Jinping est déterminé à donner à la Chine son armée moderne – capable de gagner des guerres – à la hauteur de ses puissantes concurrentes. Les actes faisant suite aux mots, ce lundi, la Chine a annoncé que plusieurs révisions d’importance des règlements militaires du pays seront appliquées au 1er mai 2018. Une nouvelle étape dans la transformation de l’Armée Populaire de Libération (APL), arrivée à maturité. 
 

Soldats du 78e Groupe de l’APL en exercice dans le nord-est de la Chine le 15 février 2018. (Chinamil / Photo de Liu Yishan)


 
Concrètement, qu’est ce qui rend une armée capable de gagner des guerres (seule) ? Un nombre suffisant d’hommes aussi bien – voire mieux – formés et commandés que leurs adversaires, équipés de technologies meurtrières et soutenus par une logistique et un ravitaillement sans faille. Il faut ajouter à cela, une trésorerie qui tient la route et une politique gouvernementale qui accompagne ses militaires dans leurs actions. Tout le reste est secondaire et va de soi quand les bases sont en place.
 
Militairement, la Chine fait peur à certains par la force numérique de ses forces armées, l’idée d’une foule interminable de soldats se déversant sur le champ de bataille peut, à juste titre, effrayer les généraux commandant quelques dizaines de milliers de soldats. Pour d’autres, l’APL ne doit pas être si effrayante, tant son équipement ne saurait rivaliser avec les avancées technologique des armées de l’OTAN. Les premiers peuvent oublier leurs cauchemars, les seconds doivent abandonner leurs rêves : l’armée chinoise est véritablement en train de muer pour devenir un jour cette armée « de première classe » voulue par Xi Jinping et le Parti.
 
Les crédits nécessaires à la modernisation de son armée et aux missions qui lui sont confiées, la Chine les a et les aura pour longtemps. Une politique qui soutient ses soldats, la Chine l’a de fait avec une concentration des pouvoirs dans les mains de Xi Jinping, « président à vie ». Des systèmes d’armes capables de rivaliser avec ceux des puissances occidentales, la Chine les aura bientôt, il suffit de voir le temps qu’il aura fallu aux chantiers navals pour donner naissance à une marine moderne. Que lui reste-t-il pour gagner des guerres ? Que ses soldats soient prêts ! Il ne s’agit plus de dissuader ou vaincre l’ennemi en déployant plusieurs centaines de milliers de soldats, et c’est le nouveau chantier de la Commission Militaire Centrale (CMC), sorte de super ministère de la défense composé des proches du chef de l’État chinois.
 
La CMC, présidée par Xi Jinping lui-même, a fait publier trois règlements révisés. Selon l’agence de presse Xinhua, ces derniers « qui ont souligné le leadership absolu du Parti communiste chinois (PCC) sur les forces armées populaires, entreront en vigueur le 1er mai. »
 
La première révision a été opérée sur le règlement intérieur de l’APL et a pour objectif de renforcer la loyauté politique des forces armées, de soutenir leur réforme et leur modernisation technologique et de les préparer au combat. Par cette révision, il s’agit également de réglementer les noms des unités militaires « et les devoirs des soldats » et d’y ajouter des règles sur l’utilisation des téléphones mobiles, Internet, « les nouveaux médias et les achats en ligne ». Ils y sont en fait autorisés, probablement dans un soucis d’amélioration du moral des troupes, à condition de ne pas « divulguer des informations militaires confidentielles, violer les règlements ou porter atteinte à l’image de l’armée ». D’autres éléments de la révision se concentreraient sur l’utilisation des véhicules militaires et des drapeaux, la protection des droits de séjour des militaires ou encore sur les efforts pour assurer leur santé physique et mentale.
 
La seconde révision concerne le code de conduite militaire : « la loyauté politique, l’organisation, les opérations de combat, la formation, le travail, les informations confidentielles, l’intégrité, les affaires financières, l’interaction avec le peuple et la vie quotidienne. » D’autres éléments de la révision du code, apportent de nouvelles « récompenses » – pour les soldats participant à des opérations extérieures par exemple –  quand certaines violations de la discipline seront punies plus sévèrement.
 
Le règlement sur la formation militaire a lui été révisé pour ajouter 14 cérémonies militaires telles que des « rassemblements de serment », des « retours triomphants » et des « hommages aux martyrs » où serait instaurée la pratique du tir de salves. L’importance des cérémonies est également soulignée comme un moyen « d’améliorer le sens de l’honneur et de la responsabilité des troupes » et d’améliorer leur moral.
 
Ce n’est pas la première fois que la Chine fait réviser ses différents règlements depuis les années 1930, cependant il faut avoir en tête que cette révision-ci s’inscrit dans un mouvement de renforcement et d’aguerrissement des forces armées chinoises. Xi Jinping et ses proches généraux ne veulent plus d’une immense armée chinoise difficile à équiper, dont la formation des hommes ne pourrait être la meilleure possible tant ils sont nombreux, et parfois « inutiles ». L’APL doit se recentrer sur des soldats loyaux et déterminés, au moral solide, qu’elle préparera au combat et qui sauront utiliser au mieux les futures armes qui sortiront d’usine. Pour être une armée de classe mondiale capable de gagner des guerres, il faut se préparer à tous les types de combat, à toutes les formes que peut prendre la guerre, il faut pouvoir défendre ses intérêts à l’étranger en projetant ses forces, il faut s’assurer que les soldats suivront leur(s) chef(s), et qu’ils ne penseront à rien d’autre que de vaincre l’ennemi.
 
Également, selon le South China Morning Post, ces révisions apportées par Xi Jinping et la CMC sont aussi une question d’image. Il ne s’agit pas seulement d’être une « armée de première classe », mais d’en avoir « l’image » auprès du « public ». « Une armée de première classe doit avoir une image de première classe« , c’est ce qu’a déclaré un responsable de la CMC. Dans ce sens, les journalistes du SCMP ont relevé que par certains éléments de la large révision, il s’agit de s’assurer qu’aucun militaire chinois ne soit en surpoids. De plus, le règlement interdirait au personnel militaire de porter des bracelets ou des gants non uniformes. Ils ne seront pas non plus autorisés à porter des parapluies à moins qu’il ne pleuve ou qu’il neige, et ceux-ci devront être de couleur noire et être portés de la main gauche. À l’inverse, les nouvelles règles les autorisent à porter leurs uniformes lorsqu’ils assistent à des événements tels que les mariages, les visites au foyer et les cérémonies de remise des prix pour « démontrer une bonne image » et « assurer le respect de l’armée ».
 
Pour en apprendre d’avantage sur la réforme militaire chinoise, et surtout comprendre le point de vue des Chinois qui y sont engagés, il suffirait presque de lire cet article publié sur le site de l’agence Xinhuaici. Intitulé Innovation dans la réforme militaire – Révolution ou destruction, il est introduit comme ceci : « La réforme militaire ne vise jamais à obtenir des éloges, mais à gagner des guerres. De telles réformes pourraient conduire inévitablement à la concurrence et à la collision entre l’ancien et le nouveau. Alors pourquoi choisissons-nous une telle turbulence ? Parce que la victoire ne peut être réalisée que par le changement. »