Eurosatory 2024 : le développement de l’obus de précision KATANA désormais accompagné par la DGA

Share

La Direction générale de l’armement rejoint officiellement le développement de l’obus de précision de 155 mm KATANA, annonce KNDS France en ce quatrième jour de salon de défense Eurosatory. Un engagement étatique important pour l’industriel français, qui projette d’atteindre le stade de la commercialisation en 2026. 

Ce contrat de dérisquage notifié par la DGA englobe plusieurs volets. Il permet tout d’abord au client français d’accéder aux données de l’industriel. Il soutient ensuite un effort conjoint autour de la résistance au brouillage, des travaux entamés dès cette année. Il contribue, enfin, à la co-construction du besoin et à la préparation de l’opération d’armement dans laquelle viendra s’inscrire une future munition de précision « Made in France ». 

Dévoilé en 2018, « KATANA répond au besoin impérieux de munitions d’artillerie de haute précision, aussi bien dans les conflits de basse intensité que les engagements majeurs : ses performances intrinsèques limitent les dégâts collatéraux en zone urbaine et permettent de traiter plus efficacement les cibles à haute valeur ajoutée tels que des systèmes d’artillerie, des batteries de radar ou des postes de commandement », rappelle KNDS France. 

L’obus KATANA est maintenant parvenu au stade du démonstrateur (ou TRL 6). Plusieurs jalons ont été franchis au cours des deux dernières années. Après une série de tirs conduits au lendemain d’Eurosatory 2022 à partir d’un prototype, une nouvelle séquence était conduite l’an dernier avec la version définitive. La seule différence, c’est qu’au lieu d’emporter une tête militaire, l’obus contenait un bloc de télémesures et d’enregistreurs pour récupérer et transmettre un maximum de données. « L’obus a été guidé et piloté correctement. L’ensemble des coups aura fait mouche dans un rayon de 20 mètres », explique un représentant du groupe franco-allemand. Encourageants, ces résultats initiaux permettent d’entrevoir sereinement la cible finale de la précision décamétrique. 

Depuis, KNDS a notamment travaillé sur la maturation et les lois de pilotage du CAS (Canard Actuation System), cette brique rassemblant l’ensemble des gouvernes de contrôle. Des travaux réalisés en collaboration avec l’ONERA, qui a mis sa soufflerie à disposition pour permettre de jouer différents scénarios. Le tout aura conduit à optimiser non seulement la dynamique du CAS, mais aussi les algorithmes. 

Les prochains tirs sont prévus pour le mois d’août, séquence durant laquelle le KATANA sera pour la première fois projeté au-delà des 20 km. Un jalon intermédiaire vers la portée maximale théorique, établie à 35 km en configuration normale et jusqu’à 45 km avec un Base Bleed. 

L’un des axes d’effort programmés pour l’an prochain relèvera de la tête militaire. Contrairement à un obus hautement explosif (HE), le KATANA vise la précision et privilégie donc la concentration des effets. « Nous avons donc travaillé sur le couple explosif-corps de charge pour optimiser le type d’éclats le plus efficace », indique KNDS France. Résultat : une munition guidée non sous-calibrée, « ce qui fait d’elle la meilleure solution du marché pour assurer un effet terminal significatif du fait de sa charge militaire importante ». 

En parallèle à cette tête militaire standard, KNDS France a développé en interne une solution encore plus performante dans le cadre d’un projet de technologie de défense (PTD) lancé en 2019 et baptisé TM Menhir. Réservée à la France, cette tête aura une efficacité terminale supérieure à celle d’un obus HE . 

Après les vérifications de sécurité et de performance en statique de la tête militaire, place au tirs réels. Il faudra par exemple garantir le bon niveau de sensibilité et d’insensibilité de l’obus face aux environnements et conditions climatiques dans lequel il évoluera. Qu’importe le type de munition, un rideau de pluie, par exemple, peut avoir une influence sur le déclenchement de la charge. « L’objectif derrière, c’est d’être capable d’arriver avec un produit démontrable en 2026 ». Autrement dit, d’être prêt à aller dans les forces réaliser des essais sur le terrain pour convaincre du niveau de performance. Ou, plutôt, finir de convaincre des artilleurs désireux depuis longtemps d’étendre leur gamme d’effets.