Un Defender pour les forces spéciales

Share


Techniquement, on parle « d’oléoserveur ». Dans la langue officielle, il s’agit d’un VTA, pour « Véhicule Tactique d’Avitaillement ». En regardant le véhicule exposé à Eurosatory par Titan Aviation, le simple observateur aura quant à lui reconnu une base de Land Rover Defender 130. Le véhicule, équipé de pompes, est destiné à remplacer les oléoserveurs sur base Auverland actuellement en service au sein de l’escadron 3/61 Poitou, l’escadron de transport de l’armée de l’Air placé au service des forces spéciales. La vocation d’un VTA est d’être embarqué dans un avion tactique et servir de pompe à essence une fois au sol, puisant dans les réservoirs de l’avion ou dans des bacs souples pour approvisionner d’autres véhicules (hélicoptères ou véhicules à roues…)

Le VTA présenté revient d’une campagne d’évaluation menée à Djibouti et il devrait être livré au Poitou dans le courant de l’été. Les deux autres VTA commandés sont attendus pour la fin de l’année. Le véhicule répond à un appel d’offre piloté par le Service des Essences des Armées, au profit du commandement des opérations spéciales. Après avoir envisagé d’utiliser comme base un Iveco Daily en 4×4 ou un Acmat, Titan Aviation a finalement opté pour le Defender… Faute d’une collaboration officielle avec le constructeur indien (Land Rover est la propriété du groupe indien Tata depuis mars 2008…) les trois 4×4 ont été directement achetés en concession. La pompe principale, entrainée par le moteur du véhicule (modifié pour accepter le kérosène comme le carburant diesel), est secondée par une pompe auxiliaire. Un moteur auxiliaire permet le cas échéant de prendre le relais de la motorisation principale.  Le SEA a en outre équipé le véhicule d’un prototype léger à gros débit de système de filtration et de séparation d’eau. Un matériel qui sera sans doute étendu à d’autres équipements du Service.

Le VTA Defender pèse environ 4 tonnes en charge, bien au-delà donc du poids roulant autorisé. Il n’est donc pas immatriculé ni autorisé à rouler sur route. Il est revanche qualifié pour un emport dans les avions tactiques C-160 Transall, C-130 Hercules et A-400M Grizzly. Étonnamment, sa qualification sur CASA 235, pourtant présent en Afrique pour suppléer au Transall, ne serait pas d’actualité.

notre illustration : le VTA de Titan Aviation, présenté à Eurosatory (photo Frédéric Lert)