Avions de reconnaissance, satellite et frégate : l’Allemagne entre en guerre contre Daesh

Share

Chose promise, chose (presque) due. La chancelière allemande Angela Merkel avait juré au président français François Hollande, au lendemain des attaques du 13 novembre à Paris, d’agir « vite » contre la menace terroriste. Deux semaines plus tard, sa ministre de la Défense, Ursula von der Leyden, a confirmé que l’Allemagne prévoit le déploiement d’un dispositif militaire en renfort du groupement aéronaval français actuellement en Méditerranée orientale.
 

Une fois approuvé par le Bundestag, le déploiement allemand comprendra six avions de reconnaissance Tornado ECR et un Airbus A310 MRTT de ravitaillement en vol


 
« Nous pouvons fournir trois composants : une protection, de la reconnaissance et de la logistique. La protection du porte-avions Charles-de-Gaulle peut être assurée par une frégate, la reconnaissance par un satellite et des avions Tornado et la logistique par des appareils ravitailleurs, » a déclaré hier Ursula von der Leyden. Soutenue par les deux principaux partis du parlement allemand (Bundestag), la proposition de la ministre de la Défense devrait facilement obtenir l’aval de la majorité des députés, condition nécessaire à tout action militaire de l’Allemagne.
 
Les vols de reconnaissance, selon l’hebdomadaire Der Spiegel, seront effectués par six Panavia Tornado, très certainement en version ECR de guerre électronique (Electronic Combat / Reconaissance). Ils devraient être déployés dans les espaces aériens syrien et irakien au départ de la Turquie. Une fois approuvée par le Bundestag, cette mission de reconnaissance sera la première pour la Luftwaffe, dont les avions avaient précédemment été déployés en Afghanistan entre 2007 et 2010. Les ravitaillements en vol seront quant à eux assurés par l’un des quatre Airbus A310 MRTT de la Luftwaffe. Enfin, le volet naval reviendra à l’une des trois frégates de défense anti-aérienne de la classe « Sachsen ».
 
Rappelons que l’Allemagne est déjà engagée au sein de la coalition anti-ISIS. Une centaine de soldats de la Bundeswehr sont actuellement déployés au sein du « Kurdistan Training Coordination Centre » à camp Bnaslawa (situé à Erbil, dans le nord de l’Iraq) pour une mission d’entraînement au profit des Peshmergas et Yézidis. Ce contingent devrait bientôt être renforcé. En octobre 2015, l’Allemagne avait également fournis plus de 1800 tonnes d’équipements divers au profit des combattants locaux.
 
« Nous devons être dans l’action contre le terrorisme », annonçait ce mercredi la chancelière allemande, souhaitant que l’Allemagne « puisse s’engager encore davantage dans la lutte contre Daech (l’EI) en Syrie et en Irak ». Promesse tenue ? Réponse après approbation des députés du Bundestag.