Allemands et Hollandais mutualisent leurs Patriot

Share

L’Allemagne et les Pays-Bas testeront l’interopérabilité de leurs systèmes de défense aérienne Patriot, fabriqué par le groupe US, Raytheon, en octobre en Crête dans le cadre de l’Extended Air Defence Task Force (EADTF), révélait hier le général de brigade allemand Michael Gschossmann dans une interview à l’agence de presse Reuters. Une quarantaine d’intercepteurs seront lancés par 300 soldats allemands et 100 militaires hollandais durant un exercice qui devrait ensuite faire de l’EADTF une unité « combat ready » et prête à être déployée sur requête de l’OTAN.
 

Lancement d’un missile MIM-104 Patriot allemand (Crédit photo: Bundeswehr)


 
L’EADTF pourrait ensuite devenir un modèle pour de futurs déploiements multilatéraux à l’Est, et participer de facto à la politique de « réassurance » initiée par l’OTAN au profit de la Pologne et des États baltes, explique le général Gschossmann.
 
L’exercice conjoint d’octobre prochain intervient alors que l’Allemagne tarde à approuver le projet d’achat d’un remplaçant pour les systèmes Patriot pour un montant estimé à 4M €. Le système « Medium Extended Air Defence System » (MEADS), conçu par le missilier européen MBDA et le groupe US Lockheed Martin, avait été sélectionné l’année passée par Berlin mais le projet devra subir une nouvelle batterie de tests avant d’être définitivement soumis auprès du parlement allemand. MBDA, qui soumettra une proposition finale en septembre, espère toujours un feu vert final pour début 2017, sans quoi la décision d’achat pourrait être reportée à 2018, voire 2023, suite aux élections fédérales allemandes de l’année prochaine. Autant de délais qui expliquent en partie les projets de Berlin concernant l’utilisation de ses batteries de Patriot.
 
Le baptême de feu du MIM-104 Patriot (pour Phased Array Tracking to Intercept Of Target ou ‘poursuite à antenne active pour l’interception de cible) remonte à la seconde guerre du Golfe. Il a depuis été adopté par 13 pays (États-Unis, Allemagne, Grèce, Israël, Japon, Koweït, Pays-Bas, Qatar, Arabie Saoudite, Corée du Sud, Espagne, Taiwan et Émirats arabes unis) et sa version la plus moderne, le MIM-104F PAC-3 (Patriot Advanced Capacity ou ‘Patriot Capacité Renforcé’), devrait l’être encore davantage grâce à l’intégration projetée de sous-systèmes du MEADS. Seul système anti-aérien à avoir engagé un missile balistique au combat, le Patriot, dans sa dernière version, atteint une portée de 240 km pour un plafond de 24 400 m.