LOADING

Recherche

SOFINS 2021 : nouveaux succès en France et portfolio en expansion pour Unitive

Partager

Nouveaux succès en France, nouvelles références et une activité qui se maintient malgré la crise : Unitive, équipementier créé par le groupe Etienne Lacroix, revenait cette semaine au salon SOFINS avec une réputation désormais bien établie parmi les forces spéciales françaises.

Des casques Ulbrichts pour le client français

En moins de trois ans d’activité, les casques Ulbrichts (Autriche) distribués par Unitive ont fini de convaincre les unités spéciales françaises. « Nous avons maintenant trois clients français dans les secteurs de la défense et de la sécurité intérieure », relève son directeur commercial, Thierry de Guillebon.

Des commandes, pour une centaine d’exemplaires chaque fois, ont ainsi été remportées à l’été et l’automne 2020. D’autres pourraient suivre, la nouvelle dotation des uns réveillant le besoin des autres. Unitive planche maintenant sur un autre appel d’offres lancé en France au profit des forces de sécurité intérieure. Même son de cloche à l’export, cette fois avec un client du Moyen-Orient « avec qui nous avons de bons contacts ».

Le secret de la réussite ? Un niveau de protection très élevé et des solutions taillées sur mesure sur base des retours utilisateurs. Unitive a organisé il y a quelques semaines des démonstrations au profit des unités françaises sur son stand de tir flambant neuf. Celles-ci « ont pu venir avec leur armement pour tirer sur nos casques, l’idée étant de démontrer la transparence sur les performances de nos solutions ». Résultat : des casques et visières criblées d’impacts de munitions de 5,56 mm à 7,62 mm mais non perforées et à peine déformées, donc sans traumatisme pour le porteur. Et, au final, des clients actuels et prospects en cours « très impressionnés ».

Unitive a récemment agrandi sa gamme avec les casques Rifle Helmet et First Responder d’Ulbrichts. Elle travaille aussi à réduire la masse tout en veillant à conserver le même pouvoir d’arrêt. « Ce qui, à l’époque, était fait de titane et d’aramide, est aujourd’hui constitué d’un alliage de titane et de polyéthylène ». Avec à terme, un amaigrissement de 300 à 500 grammes suivant le modèle.

L’objectif sera ensuite de parvenir à un niveau de protection VPAM 6, « c’est à dire que l’entièreté du casque protège d’une munition de Kalashnikov ». Un effort équivalent, mais autrement plus complexe, est en cours sur les visières. 

La gamme de casques Ulbrichts distribuée par Unitive. À l’avant-plan, l’un des modèles récemment “évalués” par les forces spéciales françaises.

Un premier succès avec les munitions

Grâce à sa filiale anglaise Energetics Technology Ltd (ETL), Unitive est aussi parvenu à placer un contrat avec le ministère des Armées pour plusieurs lots de munitions de petits calibres. Les forces spéciales « sont toujours à la recherche de nouvelles munitions, de nouveaux effets et de nouveaux fournisseurs aussi ».

C’est une première pour l’équipementier de Muret (Haute-Garonne), qui fournira 2000 cartouches de .408 Chey Tac et autant en calibres .260 Remington et .300 AAC Blackout, déclinées en variantes monolithique et API (Armor Piercing Incendiary).

Le tout sera livré dès cet été. En cas d’intérêt confirmé des forces, cette commande pourrait être suivie d’autres bien plus conséquentes, pour des volumes estimés à entre 50 000 et 100 000 munitions par type et par an.

Malgré la crise sanitaire et grâce à ce dernier marché, « Unitive a réalisé une très belle année 2020 », souligne Thierry. L’objectif est donc maintenant de « pousser davantage ces nouvelles munitions, mais aussi celles en provenance d’autres munitionnaires auprès des forces spéciales. Nous continuerons aussi à étendre notre clientèle sur les casques, des produits phares qui résument bien notre positionnement, qui est de proposer des produits à forte valeur ajoutée ».

La nouvelle grenade de calibre 40×51 mm conçue pour l’effraction chaude et commercialisée en France par Unitive (Crédits : ETL)

Une nouvelle grenade de 40 mm

En parallèle aux ventes, Unitive continue de consolider son portfolio munitionnaire. L’entreprise propose depuis peu une nouvelle grenade de calibre 40×51 mm produite par ETL, entre autres.

Cette grenade est le fruit d’un développement mené conjointement par le Laboratoire des sciences et technologies de défense (Dstl) du ministère de la Défense britannique et Ploughshare Innovations. Tous deux ont confié, fin juin, une licence d’exploitation à ETL. Unitive en sera le distributeur exclusif en France.

« Le développement de cette technologie est un excellent exemple de la façon avec laquelle la Défense collabore avec l’industrie et le milieu universitaire pour promouvoir l’innovation », avait déclaré le ministre de la Défense britannique, Jeremy Quin.

Conçue après « des années de recherche du Dstl », cette munition vient améliorer l’efficacité et le niveau de sécurité d’une effraction chaude. Plutôt que d’exploser comme une munition classique, celle-ci va appliquer une surpression sur le point d’impact qui déformera l’obstacle au lieu de le briser. La quantité d’explosif est réduite de moitié tout en maintenant une capacité de brêchage équivalente aux autres produits.

« Elle intéresse beaucoup les forces d’intervention », confirme le directeur commercial d’Unitive. Autre avantage, cette munition ne se fragmente pas et ne projette pas d’éclats. Elle permet dès lors aux équipes d’intervention de se rapprocher du point d’effraction tout en évitant de blesser les otages éventuellement placés derrière. 

Tags: