LOADING

Recherche

RapidFire + TITUS : Nexter s’attaque aux nouvelles menaces aériennes

Partager

Toujours plus nombreux et plus efficaces, les drones armés et munitions rôdeuses représentent un défi majeur face auquel les forces armées semblent mal équipées. Nexter, conjointement avec Thales, propose d’y répondre par une application terrestre et mobile de la tourelle anti-aérienne RapidFire T40 AA. Une solution présentée pour la première fois la semaine dernière aux Émirats arabes unis, à l’occasion du salon IDEX.  

Encore anecdotique il y a dix ans, le marché des robots, drones et autres munitions rôdeuses s’est développé de manière exponentielle pour représenter aujourd’hui près de 50% des technologies exposées durant le salon IDEX. Leur usage par les belligérants, étatiques ou non, va lui aussi croissant, conduisant de plus en plus d’armées à repenser leur parapluie anti-aérien.

Ce besoin pour de nouvelles solutions de protection, le groupe français l’adresse par une nouvelle adaptation terrestre de la tourelle RapidFire, montée pour l’occasion sur un châssis de TITUS. « Aujourd’hui, ce produit a tout son sens dans son application terrestre et nous avons plusieurs demandes de pays qui ont tiré les leçons du dernier conflit au Haut-Karabagh et ont identifié ce besoin », souligne Olivier Lequeux, directeur marketing tourelles chez Nexter.

Le “TITUS RapidFire” tel que présenté par Nexter durant le salon IDEX

Pour Nexter, le couplage avec le TITUS était un choix naturel. Depuis son apparition en 2013, ce blindé 6×6 a déjà séduit plusieurs clients, dont l’un dans la région du Golfe. Ceux-ci sont susceptibles de passer commande pour des lots complémentaires, quand d’autres, comme les EAU, expriment un intérêt croissant. « Montrer le RapidFire sur TITUS dans la région du Golfe a donc vraiment un intérêt », souligne Nexter, qui étoffe par là le caractère multi-missions de la plateforme.

Équipé du RapidFire, le TITUS permettra d’accompagner des convois ou de se déployer de façon temporaire pour protéger des sites sensibles, en apportant la mobilité et la protection de l’équipage. « Cette solution permet de donner immédiatement une capacité de défense sol-air très courte portée à un GTIA, voire d’engager des cibles en déplacement grâce à l’extrême stabilité du canon », estime Olivier Lequeux.

Cette aptitude à protéger les forces en mouvement est rendue possible par une tourelle RapidFire compacte et à la masse limitée. Ce choix du RapidFire, c’est aussi l’assurance pour l’utilisateur de disposer d’une munition dédiée, l’obus télescopé A3B. Celui-ci est conçu pour projeter un nuage de pellets vers la cible avec une portée maximale de 4 km. Bien qu’axé vers les menaces aériennes, le panachage de munitions autorise également à traiter des cibles terrestres. Bien que l’emploi du TITUS paraisse évident, cette tourelle « se monte sur n’importe quel véhicule 6×6 ».

Si la question de la maturité ne se pose plus pour le TITUS, le RapidFire est quant à lui en pleine phase de qualification suite au contrat remporté en décembre 2019 avec la France pour sa version navale. Son intégration sur véhicule terrestre est déjà en réflexion et pourra intervenir rapidement. Nexter capitalise pour cela sur l’expérience acquise depuis 2010 avec un châssis CAESAR et confirme travailler sur une version pick-up du TITUS. Selon Nexter, le volet détection sera couvert par un second TITUS adapté pour l’emport du radar 3D courte portée GM60 de Thales. Celui-ci offrira une capacité de détection en mouvement de petites cibles (drones, obus, roquettes) dans un rayon de 80 km.

Tags:

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *