Vers un armement low cost ?

Share

Est ce une tendance lourde ? Le mouvement est pour l’instant marginal mais peut-être y-t-il là matière à créer une commission ou rédiger une thèse de troisième cycle… Deux informations parues sur le web ces dernières heures font en tout état de cause de détournements ingénieux d’électronique grand public au profit d’une industrie d’armement artisanale. Que l’on se rassure, les cadors du secteur de l’armement qui font vivre quelques centaines de milliers de personnes à travers le monde ne vacillent pas encore sur leurs bases.

Aux Etats-Unis, c’est la fabrication d’une arme à répétition utilisant des composants en plastique fabriqués par… imprimante 3D qui défraie la chronique. La vidéo que l’on peut voir ici montre que l’arme fabriquée avec un PC, une connexion internet et une de ces imprimantes appelées à révolutionner notre vie quotidienne serait capable de tirer six coups avant de rendre l’âme. Six coups, c’est déjà cinq de mieux que le pistolet jetable auquel avaient songé les Américains pour armer les résistants français au cours de la seconde guerre mondiale. Plus sérieusement, tout indique que l’on est qu’au tout début de cette nouvelle aventure micro-industrielle. Les plans vont s’échanger sur internet, les design vont s’améliorer et il y a fort à parier que le téléchargement des plans d’une arme à feu et son « impression 3D » dans le salon seront prochainement chose possible. 

Autre détournement intéressant, celui que l’on voit ici dans les mains de rebelles syriens. L’idée de véhicules blindés de fortune, avec des plaques d’acier boulonnées ou soudées sur des véhicules civils n’est pas nouvelle. Elle est même semble-t-il à l’origine de toute l’industrie du véhicule blindé. Ce qui est plus original dans le véhicule syrien, c’est l’emploi d’une manette de Play Station pour le contrôle d’une arme téléopérée. Et voilà une transgression de plus et la preuve formelle que les jeux vidéo rendent violents…