Une commande de 2000 munitions téléopérées bientôt actée par le ministère des Armées

Share

Le ministère des Armées notifiera sous peu un marché pour la fourniture de plusieurs milliers de munitions téléopérées (MTO) produites en France. Une première qui en accompagne une autre : l’acquisition de 100 MTO conçues par Nexter et Delair au profit des forces armées ukrainiennes. 

Des MTO dans les armées d’ici fin 2025

Quinze jours. C’est le délai qu’il reste aux industriels français pour répondre à l’appel d’offres qui dotera les armées françaises d’une première munition téléopérée souveraine. Une nouvelle phase d’un processus engagé l’an dernier et qui sera suivie d’ici peu par une contractualisation en bonne et due forme au bénéfice d’un ou plusieurs industriels. 

« La France va acheter 2000 munitions téléopérées (…) qui vont à la fois servir pour les besoins de l’armée française que pour ceux de l’Ukraine », annonçait cet après-midi le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, lors d’une visite chez le droniste toulousain Delair. L’investissement à venir « est un énorme signe de confiance dans ce qui est développé ici » et « va donner aussi une grande visibilité à l’ensemble de la filière », a-t-il souligné. 

L’effort, centré sur le segment courte portée, s’inscrit dans la foulée de l’appel à projet Colibri initié par la DGA et l’Agence de l’innovation de défense (AID). Deux duos, Delair/Nexter et Novadem/MBDA, avaient été retenus fin 2022 pour progresser sur une MTO dotée d’une portée minimale de 5 km et d’au moins 30 minutes d’autonomie. 

Si l’entourage ministériel reste discret sur le budget engagé, l’un des enjeux de Colibri était de parvenir à un coût unitaire inférieur à 20 000€, plafond susceptible d’être revu à la baisse au vu du volume annoncé et de la visibilité qu’il induit. Cette première tranche de 2000 munitions sera livrée en 2024 et 2025, complète le ministre des Armées. 

Des MTO françaises pour l’Ukraine

Derrière ce marché désormais imminent, le ministère des Armées a passé commande pour 100 MTO auprès de Delair et de Nexter. Ensemble, les deux acolytes ont misé sur une plateforme UX11 modifiée pour l’emport d’une charge militaire d’environ 500 grammes. Les premiers vols engageant une charge inerte sont imminents, nous explique-t-on. Acquises via le mécanisme d’urgence opération, ces premières munitions relevant du prototype seront livrées dans le courant de l’été. 

Ce nouveau coup de main s’avère primordial à l’heure où les forces ukrainiennes subissent un manque criant de munitions de tous types. Il est également annonciateur de précieux retours d’expérience pour des acteurs français désireux d’affiner la technologie et ses concepts d’emploi. 

Il s’avère, enfin, logique car l’Ukraine se fait la main depuis maintenant plusieurs mois sur le drone UX11, résultat d’un contrat pour 150 UX11 et DT26 signé en juillet 2023 et désormais presque arrivé à terme. Un nouveau lot de 150 exemplaires supplémentaires sera livré « dans les semaines et mois qui viennent », indique le ministre des Armées.