Un nouveau marché Ouranos dans les tuyaux de la DIRISI

Share

Un troisième marché Ouranos est en préparation du côté de la DIRISI*, opérateur unique des systèmes d’information et de communication du ministère des Armées. Selon la consultation lancée la semaine dernière, Ouranos III comprend à nouveau la fourniture de logiciels courants au profit de l’ensemble des entités du ministère pour un montant de plusieurs centaines de millions d’euros.

La formule reste celle adoptée pour les marchés précédents : un accord-cadre d’une durée de quatre ans, éventuellement reconduit pour une période de trois ans. L’étendue du besoin ne varie pas non plus et recouvre principalement la livraison de logiciels et de leurs licences d’exploitation.

S’y ajoutent un devoir de conseil et d’amélioration du processus d’exécution du service, ainsi que d’autres prestations spécifiques liées à la gestion et à la mise en œuvre des logiciels. La liste sera complétée lors d’une prochaine phase de soumission des offres. L’enveloppe budgétaire, mentionnée à titre indicatif, est évaluée à 90 M€ par an, soit jusqu’à 630 M€ sur toute la durée de l’accord-cadre.

Multi-attributaire, le marché Ouranos (à ne pas confondre avec le code utilisé par la DGA et le CEA/DAM), permet au ministère des Armées de limiter sa dépendance technologique envers un éditeur unique privilégiant la diversification des sources logicielles. Quatre prestataires avaient été sélectionnés lors d’Ouranos I, notifié en juillet 2013 : Computacenter, Insight, SHI et Specialist Computer Company (SCC), qui dispose d’une grosse filiale en France.

Plusieurs marchés subséquents sont conclus chaque année. Une fois attribué au titulaire, ils permettent aux entités du ministère des Armées de passer commande parmi les centaines d’éditeurs et milliers de références du catalogue Ouranos. Ce procédé sourit aussi directement aux entreprises françaises, qu’importe leur taille. La start-up marseillaise Usercube, par exemple, intègre le catalogue Ouranos en 2017. Cet éditeur avait alors retenu l’attention de la DGA grâce à un outil de gestion des habilitations d’accès au système d’information des Armées (SIA) pour les personnels déployés en OPEX.

*DIRISI : Direction interarmées des réseaux d’infrastructure et des systèmes d’information de la défense.

Image : ministère des Armées