Ukraine : des CAESAR supplémentaires cofinancés par le Danemark et la France

Share

Le Danemark va cofinancer avec la France l’acquisition de canons CAESAR à destination des forces ukrainiennes, une mesure parmi d’autres du dernier train d’aides annoncé la semaine dernière par le pays nordique. 

Des canons CAESAR, des mortiers automoteurs de 120 mm et leurs munitions associées. Voilà une partie de ce que le Danemark a décidé de cofinancer au travers d’une 16e vague de dons valorisée à 308 M€. 

« Les systèmes d’artillerie et de mortier sont très demandés par l’Ukraine. Avec ce don, nous apportons une contribution substantielle au combat pour la liberté en Ukraine sous la forme de systèmes d’artillerie CAESAR supplémentaires et de munitions correspondantes », déclarait le ministre de la Défense danois Troels Lund Poulsen dans un communiqué officiel. 

Le ministre ukrainien de la Défense Rustem Umyerov s’est quant à lui dit « reconnaissant envers le ministre danois de la Défense Troels Lund Poulsen et le peuple danois pour cette ‘importante aide militaire et le renforcement des capacités de défense de l’Ukraine ».

Des dons effectués en collaboration avec la France pour ce qui est des canons, avec l’Estonie et la République tchèque pour les obus d’artillerie de 155 mm. Ni le volume acquis, ni l’objectif de livraison ne sont connus, mais ces pièces relèvent certainement des 78 exemplaires que l’industriel en charge, Nexter, sera en mesure de produire en 2024. La France en a déjà acquis 12, l’Ukraine 6. Reste donc de quoi produire rapidement 60 pièces. 

Présents au lancement de la coalition artillerie pilotée par la France et l’Allemagne, le Danemark est l’un des soutiens les plus actifs, avec près de 4,5 Md€ d’aide militaire actée en date du 23 février. Derrière la cession de l’ensemble de ses 19 CAESAR 8×8, Copenhague a d’ores et déjà financé la fourniture d’obus de 152 et 155 mm, de roquettes de 122 mm, de mortiers, de charges modulaires et fusées d’artillerie et d’un tiers d’un lot de 16 canons automoteurs Zuzana-2. 

Crédits image : Forces armées ukrainiennes