Des radars Thales contre les narcos

Share

Avis aux trafiquants de drogue, mafieux et autres contrebandiers : Thales et la Bolivie vous auront bientôt à l’oeil. La Paz et le géant de l’électronique de défense Thales ont ratifié le 23 août l’accord final du projet de « Système intégré de défense aérienne et de contrôle du trafic aérien civil » (ou Sidacta). Un contrat de 191M€ légèrement revu à la hausse par rapport à l’accord préliminaire signé en novembre 2015 pour 185M€.
 

Le réseau Sidacta protégera et surveillera l’espace aérien bolivien (Crédit photo: Thales)


 

Le GM400 de Thales, élément potentiel du réseau Sidacta bolivien (Crédit photo: ThalesRaytheonSystems)


Selon les termes de l’accord final, Thales installera 13 radars sur 12 sites différents d’ici mars 2019 : quatre radars de défense aérienne, un radar primaire Star 2000, deux radars d’approche civils TRAC et six radars civils secondaires RSM970. Les radars civils seront installés sur les aéroports boliviens tandis que les systèmes militaires seront déployés dans des lieux stratégiques, avec pour priorité la région amazonienne, le centre et le sud du pays. Bien qu’aucun détail n’ait filtré concernant les quatre radars militaires, le choix de La Paz s’est sans doute porté sur la famille GROUND Master, dont le grand frère – le GM400 – a un rayon de détection de 470 km.
 
« Le [système] radar servira évidemment à contrôler les activités illicites comme la contrebande et le trafic de stupéfiants, mais va aussi servir au contrôle de nos parcs nationaux, [et] asseoir la souveraineté de l’espace aérien sur le territoire national, et ceci est un fait historique », s’est félicité le président bolivien Evo Morales en marge de la signature du contrat final.
 

Sidacta soutiendra les hélicoptères Super Puma boliviens dans leur lutte contre les narcotraficants (Crédit photo: Airbus Helicopters)


Les montagnes isolées de la Bolivie sont en effet le théâtre d’un ballet incessant de petits avions clandestins assurant les livraisons entre le plus grand producteur de cocaïne au monde, le Pérou, et l’un de ses plus grands consommateurs, le Brésil. La Bolivie s’est également engagée à accroître la surveillance de parcs nationaux hébergeant la majorité de la production nationale de cocaïne (près de 155 tonnes par an).
 
Le premier radar civil sera installé d’ici six mois à La Paz sur l’aéroport international le plus élevé du monde : El Alto se trouve à 4 050 m d’altitude.  L’ensemble sera opéré au départ d’un nouveau centre d’opérations basé à Cochabamba opérationnel à l’horizon 2017. Ce centre « abritera le système TopSky-ATC […] et le système SkyView Air C4I de pointe qui fournira une image complète de l’espace aérien et permettra une évaluation commune de la situation pour les opérations de défense aérienne », expliquait Thales en novembre 2015.

Aéroport El Alto à La Paz, Bolivie