Starburst Accelerator continuera d’héberger l’Innovation Défense Lab

Crédits : AID

Share

Confiance renouvelée pour Starburst Accelerator, qui continuera d’héberger l’Innovation Défense Lab dans ses locaux parisiens pour au moins deux années supplémentaires. Un beau succès pour cet incubateur créé il y a près d’une décennie et une nouvelle preuve pour le ministère des Armées de l’intérêt de favoriser les échanges avec le monde civil.

Armé par une quinzaine de personnels de la DGA, du SGA et de l’EMA, l’Innovation Défense Lab « accélère » des projets d’innovation ouverte répondant aux besoins des forces. La formule du « tiers-lieu » situé au carrefour des écosystèmes civils et militaires semble avoir fait mouche. Elle se poursuivra durant deux ans, voire deux années de plus en cas de reconduction. Seul candidat à sa succession, Starburst Accelerator conserve le rôle d’animateur qui lui avait été confié à l’automne 2018, au travers d’un contrat de 5 M€ notifié début juillet.

Malgré les contraintes imposées par la crise sanitaire, l’activité de l’Innovation Défense Lab s’est encore accentuée l’an dernier. Hormis les 5819 visiteurs accueillis sur site ou en ligne, il aura livré 12 études de marché notamment relatives au marché civil des drones français, à la biométrie opérationnelle ou au new space. 

Il aura également accompagné 37 nouveaux projets. Parmi les plus emblématiques, l’expérimentation ROBOPEX réalisée de mars à juin 2021 dans le cadre de l’opération Barkhane. Les recommandations et exigences récoltées à partir des quatre robots PROBOT déployés serviront aux futurs incréments du programme SCORPION de l’armée de Terre. 

Huit projets sont par ailleurs passés à l’échelle l’an dernier. C’est le cas du récepteur GNSS P3TS, issu de l’innovation participative et qui répond « au besoin de compléter l’équipement des forces en récepteurs portatifs de radionavigation par satellite », explique l’Agence de l’innovation de défense dans son dernier rapport annuel. Sa prise en compte par le programme OMEGA (Opération de Modernisation des Équipements GNSS des Armées) désormais effective, les 6000 premiers exemplaires seront livrés à partir de 2022, complétés de 5000 exemplaires d’une nouvelle version à compter de 2024.