RCA : Les militaires français se préparent

Share

Mission française Boali en RCA (crédirts: ECPAD/ Ministère de la Défense)


L’ouverture du théâtre Centre-africain se précise, suite aux récentes déclarations du Président de la République et du Ministre de la défense.
Des éléments du 25ème régiment du génie de l’air et du services des essences ont débarqué à Bangui et sont à pied d’œuvre pour préparer les infrastructures qui seront nécessaires pour accueillir le renfort et la logistique qui arriveront, une fois la résolution votée à l’ONU, a-t-on appris ce matin durant le point presse du Ministère de la Défense. L’aéroport de Bangui, sous contrôle des forces française voit donc depuis samedi dernier arriver bon nombres de vols affrétés d’AN-124. Des préparations d’autant plus importantes qu l’aéroport de Bangui ne dispose que d’une seule piste.
La force française en République centre-africaine compte toujours environ 450 soldats, dans le cadre de l’opération Boali, est formé du 8ème RPIMa (régiment de parachutistes d’infanterie de marine) et du 21ème RIMA (régiment d’infanterie de marine). Rappelons que cette mission a pour but de sécuriser les ressortissants et les intérêts français en RCA. Cette opération Boali vient d’être ravitaillée, dans le cadre du « flux logistique habituel » a précisé l’Etat Major des Armées, par une colonne de 21 camions (transportant ravitaillement et 4 VAB). Environ 250 soldats de l’opération Boali assistent également la mission des forces africaines MICOPAX (Mission for the consolidation of peace in Central African Republic).
En parallèle, le BPC (Bâtiment de Projection et de Commandement) Dixmude est en attente à Douala au Cameroun, transportant un escadron de combat (350 soldats) et une centaine de véhicules, dont probablement des VAB, VBL et AMX10RC ainsi que deux hélicoptères de combat Gazelle. La force se tient prête à partir pour débarquer sur le théâtre centrafricain quand la décision officielle sera donnée. Il lui faudra alors environ une semaine pour rejoindre Bangui.
Au total, une fois la résolution adoptée, le dispositif français pourrait augmenter jusqu’à 1200 soldats sur place.