L’industrie de défense ukrainienne adopte progressivement les standards OTAN

Share

Une nouvelle loi sur la sécurité nationale, adoptée par l’Ukraine cet été, prévoit l’adoption par les forces armées ukrainiennes des principes et normes de l’OTAN, commente l’expert Varfolomeyev sur 112.UA.
 

Fusil d’assaut WAC-47 aux mains de soldats ukrainiens (Photo :
UkrOboronProm)


L’Ukraine a commencé à produire en masse des munitions pour lance-grenade automatique de 40mm, a annoncé récemment UkrOboronProm, l’industrie monopolistique de la défense nationale. Ce calibre est largement utilisé par les armées des États membres de l’OTAN, alors que les forces armées ukrainiennes ont, jusqu’à présent, utilisé principalement des munitions de 30mm pour leurs lance-grenades. UkrOboronProm a indiqué que la nouvelle munition, qui correspond aux normes de l’OTAN, est fabriquée conjointement par l’usine Impuls basée à Shostka et la Kuznya na Rybalskomu basée à Kiev. Cette dernière fait partie de l’empire commercial du président ukrainien Petro Porochenko.
 
L’Ukraine fait partie des plus grands exportateurs d’armes au monde depuis des décennies, mais sa part du marché mondial a diminué. L’Institut international de la paix de Stockholm (SIPRI) a calculé que l’Ukraine était le 11ème exportateur mondial d’armes en 2013-2017 avec 1,7% du marché, et que son principal client était la Russie, avec 23% des exportations. La part globale de l’Ukraine a donc chuté par rapport à la période 2008-2012 où elle était de 2,5%.
 
La baisse est due à plusieurs facteurs. La guerre que la Russie a déclenchée en Ukraine en 2014 a stimulé la demande intérieure d’armes et de munitions, de sorte que l’armée ukrainienne en consomme davantage, au détriment des exportations. De plus, le gouvernement ukrainien a interdit les ventes militaires à la Russie, encore une fois à cause de la guerre, et il a été impossible de trouver rapidement un remplaçant pour un si grand marché. Enfin, l’Ukraine avait l’habitude d’exporter le stock excédentaire hérité de l’Union soviétique, qui a diminué au fil des ans.
 
Avec des produits conformes aux standards de l’OTAN tels que les nouvelles grenades, l’Ukraine pourrait non seulement essayer de retrouver sa position sur le marché mondial mais aussi de trouver des clients occidentaux. Jusqu’ici, l’Ukraine a surtout vendu des armes à des pays en développement à des pays de l’OTAN anciennement membres du bloc soviétique ayant conservé un important matériel de cette époque.
 
En outre, s’éloigner des normes soviétiques puis russes facilitera la volonté de l’Ukraine de réduire sa dépendance vis-à-vis du matériel et des technologies de la Russie et de ses satellites, indispensable à la sécurité nationale à l’heure où la Russie occupe des portions du territoire ukrainien. Dernier point, mais non des moindres, l’adoption des normes de l’OTAN est essentielle pour devenir membre de l’Alliance de l’Atlantique Nord, l’un des principaux objectifs de la politique étrangère de Kiev depuis la révolution EuroMaidan en 2014.
 
Une nouvelle loi sur la sécurité nationale, adoptée par l’Ukraine cet été, prévoit l’adoption par les forces armées ukrainiennes des principes et normes de l’OTAN. En fait, une transition vers les normes de l’Alliance dans l’industrie de la défense ukrainienne a officiellement débuté depuis 2014. En avril 2015, UkrOboronProm a même élaboré un plan selon lequel le mouvement vers les normes industrielles de l’OTAN devrait être achevé en 2020. En décembre 2015, Porochenko a visité le siège de l’Alliance ; l’Ukraine et l’OTAN ont signé une feuille de route sur la coopération technique de défense visant à interopérer avec les forces de l’OTAN et à aider l’Ukraine à passer aux normes du bloc politico-militaire occidental. La même année, Porochenko a fixé l’objectif extrêmement ambitieux de l’Ukraine à devenir l’un des cinq premiers exportateurs d’armes de nouveaux produits plutôt que de vieux stocks.
 
UkrOboronProm a déclaré que les armes développées en Ukraine qui répondent aux critères de l’OTAN ont, jusqu’à présent, consisté principalement en aéronefs et véhicules blindés. Il a également participé aux recherches du Groupe consultatif industriel de l’OTAN, a rejoint les fournisseurs de l’Agence de soutien et d’approvisionnement de l’OTAN et a créé de nouveaux chars de combat, avions de transport militaire, artillerie, systèmes de surveillance et de reconnaissance.
 
Les véhicules blindés ont d’ailleurs été l’une des principales exportations de l’industrie de défense ukrainienne, mais les modèles vendus à l’étranger par l’Ukraine ont tendance à être des versions améliorées des machines soviétiques conçues dans les années 1970 et 1980. En ce qui concerne l’aviation, le bureau de design Antonov basé à Kiev est célèbre pour ses avions de transport géants An-124 Ruslan et An-225 Mriya. Cependant, ceux-ci ont été conçus pour les besoins soviétiques. Seules la Russie et la Chine ont exprimé sporadiquement leur intérêt pour la relance de leur production. En conséquence, Antonov a pratiquement cessé de fabriquer des avions.
 
Jusqu’à présent, l’Ukraine a essayé d’entrer sur les marchés de l’OTAN principalement avec des armes légères et des munitions, comme les grenades de 40mm susmentionnées. Au début de l’année dernière, UkrOboronProm a déclaré qu’il allait commencer à assembler le fusil d’assaut WAC-47 basé sur le célèbre M-16 sous licence du gouvernement des États-Unis.
 
Cependant, à en juger par les statistiques officielles ukrainiennes, peu de choses ont été réalisées à ce jour. L’Ukraine a exporté ses produits de l’industrie de la défense vers seulement six pays en 2017, y compris les États-Unis. En particulier, les États-Unis ont importé 15.830 armes à feu, y compris des lance-grenades et des armes antichars. Mais ceux-ci ont probablement été achetés principalement à des fins commerciales plutôt que militaires. L’Ukraine a exporté principalement des armes légères l’année dernière, en Mongolie, en Ouzbékistan et en Jordanie. La Thaïlande et la Turquie étaient deux exceptions, la Thaïlande achetant 16 chars Oplot et la Turquie achetant 3 systèmes de missiles anti-aériens.
 
L’efficacité de l’industrie de défense ukrainienne s’est révélée relativement médiocre, même en ayant à l’esprit que la transition vers de nouvelles normes n’est pas une tâche facile pour une économie autant mise sous pression que celle de l’Ukraine. Les prochains salons de défense pourraient révéler des surprises – grandes ou petites – selon ce qu’UkrOboronProm aura réussi à mettre au point.