L’Europe débloque 645 M€ pour soutenir les armées africaines

Un membre des forces spéciales autrichiennes forme des militaires mozambicains (Crédits : EUTM MOZ)

Share

La semaine dernière, le Conseil de l’Union européenne a adopté deux nouvelles enveloppes au titre de la Facilité européenne pour la paix (FEP). L’une, de 600 M€, en faveur de l’Union africaine et l’autre, de 45 M€, pour consolider les forces armées du Mozambique.

600 M€ pour l’Union africaine

Adoptée en mars 2021, la FEP est un instrument extra-budgétaire visant à financer des actions opérationnelles dans le domaine militaire au profit de partenaires partout dans le monde. Son plafond financier a été fixé à 5,7 Md€ pour la période 2021-2027. Grâce à cette enveloppe couvrant la période 2022-2024, l’UA sera en mesure de solliciter « un soutien pour des opérations individuelles de soutien de la paix en fonction des besoins, ce qui permettra de réagir rapidement aux développements pertinents en matière de sécurité sur le continent africain ».

10 M€ sont par ailleurs fléchés vers la Force multinationale mixte de lutte contre Boko Haram (FMM). De quoi doubler les fonds déjà apportés par l’UE dans le cadre de la FEP et prolonger l’aide fournie jusqu’à fin 2022. Celle-ci servira à couvrir les frais de personnel et les coûts opérationnels et logistiques, tels que le transport terrestre et aérien, les équipements de communication et le soutien médical.

Conçue pour « créer un environnement sûr et sécurisé dans les zones touchées par les activités de Boko Haram et d’autres groupes terroristes », cette FMM est « la première action soutenue au titre de la nouvelle mesure d’assistance à l’appui des opérations de soutien de la paix sous conduite africaine ». L’UE en est le principal contributeur, avec plus de 124 M€ depuis 2016.

Cette annonce intervient sur fond de crise entre autorités européennes et maliennes. L’Europe a suspendu temporairement ses actions de formation et d’entraînement des forces armées maliennes (EUTM Mali) le 11 avril, essentiellement en raison de la présence de mercenaires du groupe russe Wagner. Plusieurs scénarios sont à l’étude quant à l’avenir de cette mission. Certains pays participants, comme le Grand-Duché de Luxembourg, ont préconisé de prolonger le mandat actuel jusqu’à la fin de l’année.

Doublement de l’aide pour le Mozambique

Le même jour, le Conseil européen décidait de doubler l’aide apportée au Mozambique au travers de la FEP. Ce coup de pouce de 45 M€ permettra l’achat d’équipements destinés aux 11 compagnies qui seront formées grâce à l’EUTM Mozambique. Le tout, en liaison avec les missions de formation de l’UE.

« L’objectif est de veiller à ce que la formation soit aussi efficiente et efficace que possible et permette aux troupes formées par l’EUTM d’être pleinement opérationnelles et autosuffisantes au moment du déploiement », indique le Conseil de l’UE.

Lancée le 15 octobre, EUTM Mozambique fournit un appui et de l’instruction aux forces armées locales afin de restaurer la sécurité dans la province du Cabo Delgado. À terme, les onze compagnies concernées, cinq de marines à Katembe et six des forces spéciales terrestres à Chimoio, constitueront une force de réaction rapide (QRF). Le mandat de la mission devrait s’étendre sur deux ans. Elle rassemble 140 militaires européens et est commandée par le général portugais Nuno Lemos Pires.