L’armée de terre réfléchit à son futur lance-roquette

Share

L’armée de terre a lancé une procédure l’été dernier pour donner un remplaçant au vieillissant lance-roquette AT4-CS (Confined Space) datant du début des années 80. La « trame-missile » française allant changer, la « roquette NG » va également remplacer les postes missiles Eryx. C’est un choix budgétaire, l’armée remplace deux armes par une seule. La future « trame-missiles » de l’armée de terre française devrait donc être : Roquette NG pour les sections d’infanterie (remplaçant l’AT4 et l’Eryx) puis le missile moyenne portée MMP (remplaçant Milan et dans certains cas l’Eryx) et enfin dans le haut du segment : le multi-role combat missile MRCM (remplaçant du Hot).

Première remarque : la portée de la roquette française va s’allonger (portée de l’AT4 : 300 mètres et 600 mètres pour l’Eryx). Par ailleurs, la précision semble un élément important pour une munition non guidée.

Il s’agit d’un contrat important, puisque au total plusieurs dizaines de milliers de roquettes doivent être produites ! Cette roquette NG doit pouvoir être tirée en espace confiné (à l’intérieur d’un bâtiment par exemple), avec une portée de 600 mètres pour une cible mobile et 1000 mètres pour une cible fixe. Cette nouvelle munition type « tir-et-oublie » (sans guidage), sera déclinée en plusieurs versions : une version contre les véhicules blindés ; une version anti-infrastructures ; une pour traiter les cibles non protégées et enfin une roquette de bréchage afin de créer une ouverture dans un bâtiment.

 En ce qui concerne le lanceur :  chaque roquette sera livrée avec un viseur bas coût jetable. Mais un viseur haute performance pourra être installé sur la roquette, notamment pour pouvoir engager des cibles mobiles et à longue distance.

Pour cet important marché, plusieurs candidats sont en lice, dont le groupe suédois Saab-Bofors, qui produit l’AT4/CS ; l’israélien Rafael qui s’est rapproché de TDA (Thales) ainsi que le missilier européen MBDA. Ce dernier, qui planche déjà sur le haut du segment trame missile français avec le MMP et le MRCM a présenté sa vision de la Roquette NG durant le salon SOFINS. La roquette s’appelle Alcotan (photo), et est déjà opérationnelle dans l’armée de terre espagnole depuis 2008. Elle sera adaptée au besoin français, notamment en ce qui concerne la charge et le viseur. L’atout principal de l’Alcotan, selon le groupe européen: sa grande précision grâce à une faible sensibilité aux vents latéraux. Les essais ont montré de bonne performance en visée prédictive sur cibles mobiles, c’est-à-dire un système de visée sur but futur. L’armée de terre française l’a déjà eu en mains, sur simulateur mais également en tir réel.

Le choix français pour ce programme de Roquette NG devrait être pris à l’automne 2013 pour aboutir à la signature d’un contrat au tout début de l’année prochaine. Cinq tranches de 9000 roquettes sont prévues.

2 Comments

France - Futur lance-roquette portable | EPISCO... 24 avril, 2013 - 10:31

[…] La future « trame-missiles » de l’armée de terre française devrait donc être : Roquette NG pour les sections d’infanterie (remplaçant l’AT4 et l’Eryx) puis le missile moyenne portée MMP (remplaçant Milan et dans certains cas l’Eryx) et enfin dans le haut du segment : le multi-role combat missile MRCM (remplaçant du Hot). Le choix français pour ce programme de Roquette NG devrait être pris à l’automne 2013 pour aboutir à la signature d’un contrat au tout début de l’année prochaine. Cinq tranches de 9000 roquettes sont prévues.En compétition : Saab-Bofors, Rafael/TDA, MBDA.  […]

L’armée de terre réfl&eacut... 24 avril, 2013 - 14:03

[…] L’armée de terre a lancé une procédure l’été dernier pour donner un remplaçant au vieillissant lance-roquette AT4-CS (Confined Space) datant du début des années 80.  […]

Post Comment