Cyberdéfense : La France montre les crocs !

Share

En présence de ses homologues britannique et belge, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a inauguré hier le premier colloque Européen en matière de cyberdéfense ; rappelant dans son discours d’ouverture l’ampleur de cette nouvelle menace, notamment exacerbée par les attentats de janvier dernier. « Le combat numérique est désormais au cœur de tous les enjeux de défense et de sécurité, » a-t-il déclaré devant un parterre de délégations étrangères.
 

 
Et force est de constater qu’en la matière, la France sait se donner des moyens à la hauteur de son ambition. En tout, ce sont plus d’un milliard d’euros qui sont prévus par loi de programmation militaire 2014-2019 pour la cyberdéfense, ainsi que le recrutement de plus d’un millier de personnes dédiées à ce type de lutte.
 
De quoi mettre en place une stratégie d’ensemble ambitieuse et répondant à quatre grandes priorités, détaillées hier par Mr Le Drian.
 
En premier lieu, il s’agit de garantir la protection des réseaux et systèmes de défense français, grâce à des produits et services sécurisés. Cela nécessitera donc une puissante synergie entre les différents acteurs concernés, qu’ils soient privés ou publics, militaires ou civils.
 
Les deuxième et troisièmes priorités seront la montée en puissance de la chaîne opérationnelle, avec notamment « la création d’une unité destinée à être un bouclier protecteur au coeur des forces, pleinement opérationnelle en 2018 » ; ainsi que « la progression dans le renseignement cyber, avec la création d’un centre de recherche et d’analyse au sein de la direction du renseignement militaire. »
 
De même, jusqu’à présent concentrée sur ses capacités défensives, la France doit maintenant évoluer vers la lutte informatique offensive, quatrième et dernière priorité évoquée hier. « Il nous faut travailler sur un emploi opérationnel de cette nouvelle composante » qu’est la « lutte informatique offensive », a déclaré Mr Le Drian à la presse. Selon ce dernier, « Priver l’adversaire de ses systèmes numériques en les neutralisant ou en les leurrant, peut conférer un avantage déterminant dans une manœuvre militaire. »
 
En conséquence, le ministre de la Défense a officialisé la fondation du « Pôle d’excellence cyber », lancé en février 2014. Cette initiative rassemble à ce jour une cinquantaine de partenaires de toutes tailles et origines (monde universitaire, institutions publiques, laboratoires de recherche, PME et grands groupes industriels), dans un mouvement qui dépasse déjà largement les frontières de l’Hexagone. Désormais officialisée, cette nouvelle structure sera dotée d’un budget de plus de 30 millions d’euros répartis sur les 5 prochaines années.
 
L’heure est donc à la « cyber offensive ». La menace étant globale, la réponse « militaire » de la France doit donc s’intégrer dans une stratégie d’ensemble mobilisant la totalité des forces vives de l’Hexagone. C’est dans cette optique que le Premier ministre Emmanuel Valls s’exprimera le 16 octobre prochain.
 
Fort du succès de cette première édition, rendez-vous est pris pour le prochain colloque international de ce type en 2016, à Londres.