Le Cenzub monte en puissance

Share

Petit centre historique aux ruelles tortueuses, zone pavillonnaire, trottoirs éclairés, commerces de proximité, il pourrait faire bon vivre dans le village de Joffrecourt, censé pouvoir héberger 5000 âmes. Si ce n’est qu’il s’agit bien ici d’une zone militaire, située dans le camps de Sissonne.

Les premiers coups de pioche de cette zone urbaine dédiée à l’entrainement des forces ont débuté en 2005 et les travaux se poursuivent. En janvier dernier, une zone industrielle et commerciale constituant le troisième quartier de la ville a été livrée et le mois prochain, un échangeur autoroutier doit être achevé, marquant la fin de la livraison de la partie infrastructure (120 millions d’euros). Le centre d’entrainement aux actions en zone urbaine (Cenzub) continue donc sa montée en puissance, et les cycles d’entrainements ont d’ors et déjà débuté il y a quelques années. Le Cenzub est maintenant devenu un passage obligé pour les unités terrestres dans le cadre de leur formation.

L’objectif du centre est bien de coller le plus possible à la réalité de ce que peuvent rencontrer les forces terrestres sur des théâtres d’opération : se battre et contrôler des espaces confinés et habités. Le centre est constitué de plusieurs sites d’instructions, à savoir un village, une ville durcie d’un km2, conçu pour l’entrainement avec des blindés; un parcours IED; une zone d’engagement au contact des foules et enfin un complexe de tir à balles réelles en zone urbaine. Ce qui fait de ce centre d’entrainement le plus important en Europe, disposant de la seule installation de tirs réels (jusqu’au 12.7 mm ainsi que des missiles AT4CS et Eryx) en zones confinées pouvant accueillir une compagnie. Ce dernier est en cours d’achèvement et les 8 champs de tirs doivent être tous être ouverts d’ici 2013. Forcément, les armées alliées sont interessées et les allemands, des armées des pays du Golfe ou les britanniques s’y succèdent. Depuis novembre 2010, déjà 4 compagnies des forces de sa majesté ont pu venir s’y entrainer.

Le Cenzub doit fonctionner à plein régime d’ici 2014. Ne restera alors qu’un seul chantier: s’équiper d’un système numérisé et centralisé, qui doit venir offrir une vision complète de la situation, répertoriant toutes les unités, armes, véhicules, infrastructures et permettra des scenarii complexes incluant des tirs indirects (artillerie..). Le démonstrateur technique de cette énorme machinerie informatique s’appelle Simulzub et est réalisé par Gavap. Il doit faire ses premiers pas fin 2013, puis le programme Cerbere, bien plus complet et opérationnel, prendra le relais. Cerbere offrira un suivi complet et permanent de l’ensemble des situations de toute la ville, de manière centralisée dès 2017. Ce qui permettra de pouvoir rejouer les situations et d’apporter tout l’éclairage nécessaire afin d’optimiser l’action des forces.

2 Comments

Patagon56 18 avril, 2012 - 13:32

les états du Golfe (et pas « du golf » … type « fer 7 »)

Le Cenzub monte en puissance » Unicomm News 14 mai, 2012 - 16:04

[…] Le Cenzub monte en puissance […]

Post Comment