Canada : une affaire tirée par les cheveux…

Share

Polémique chez nos cousins d’Outre Atlantique : deux avocats canadiens demandent au gouvernement d’Ottawa de publier les photos de 28 insurgés faits prisonniers en Afghanistan, afin de déterminer si ceux-ci ont été torturés ou non. Devant le refus prévisible des autorités militaires,  les deux avocats ont alors proposé que les photos rendues publiques ne montrent pas le visage des prisonniers, mais simplement leur coupe de cheveux. On se perd en conjectures devant une telle demande. Mais la perplexité ne fait que s’amplifier devant la réponse des autorités, celles-ci affirmant que la publication de ces photos lourdement censurées (visage effacé, seules apparaissant les pilosités…) serait non seulement une atteinte au droit à l’image de ces hommes, mais également un risque pour la sécurité nationale. L’affaire est désormais entre les mains des avocats, semble-t-il mieux armés que des coiffeurs pour couper les cheveux en quatre. La solution de FOB (déjà mise en œuvre avec succès sur l’auteur de ces lignes) : la boule à zéro pour tout le monde, pour des raisons d’hygiène bien sûr…