Arquus officiellement à bord du programme de flotte tactique et logistique terrestre

Share

La rumeur allait bon train, la voici confirmée : Arquus a officiellement été notifié pour la livraison de camions-citernes de nouvelle génération (CCNG), annonce aujourd’hui le ministère des Armées.

Attribuée le 28 avril par la Direction générale de l’armement (DGA), cette commande de plus de 120 M€ comprend le développement de CCNG et la fourniture d’une première tranche de 70 exemplaires. Premier incrément du programme à effet majeur « Flotte tactique et logistique terrestre » (FTLT), l’effort bénéficiera à l’armée de Terre, à l’armée de l’Air et de l’Espace et au Service de l’énergie opérationnelle (SEO). 

Attendue à l’origine pour fin 2023, la notification de l’incrément CCNG avait été repoussé de plusieurs mois « compte tenu des éléments attendus de la part des industriels et pour permettre un meilleur aboutissement de la négociation contractuelle », indique un document budgétaire.

Quelque 376 véhicules de type CCNG seront commandés au cours de la loi de programmation militaire 2024-2030, pour des livraisons échelonnées jusqu’à 2029. Ces camions remplaceront progressivement les modèles CBH385, TRM 10000 ACH (Avitailleur chars-hélicoptères) et CCP10 en service. 

Deux versions sont attendues. L’une, le CCNG « transport massif », disposera d’une citerne de 20 m3, d’une ligne d’approvisionnement et d’une cabine protégée. L’autre, le CCNG « polyvalent », sera dotée d’une citerne de 12 m3, de quatre bras d’approvisionnement et, pour une partie, d’une cabine protégée. 

Fournisseur de la grande majorité du parc logistique des armées, Arquus n’a jamais fait mystère de son intérêt pour le programme FTLT. Depuis 2019, celui-ci a progressivement dévoilé une nouvelle gamme baptisée Armis, des porteurs polyvalents déclinés en variantes 4×4, 6×6 et 8×8. Cette dernière avait servi de base pour concevoir un camion-citerne en collaboration avec l’entreprise française Titan Defense, spécialiste des solutions d’avitaillement. La solution retenue par la DGA repose finalement sur un partenariat établi avec la société dijonnaise Magyar. Renault Trucks, pour le châssis, et Desautel, pour la protection incendie, complètent l’équipe formée par Arquus.

La victoire est double pour le groupe français. Non seulement elle apporte de l’activité à plusieurs sites de production après quelques années de flottement dans les prises de commandes hors SCORPION, mais elle le place aussi en bonne position pour les incréments à venir de FTLT. Essentiel au renouvellement de la logistique des forces, ce PEM devrait déboucher sur l’acquisition de plus de 9400 camions toutes variantes confondues à l’horizon 2035, dont 2086 seraient en service en 2030. 

Le budget 2024 des armées devrait permettre de matérialiser la première commande du deuxième incrément, une opération portant notamment sur des « porteurs polyvalents de l’avant » (PPAV) dédiés, selon la documentation budgétaire, « au transport de systèmes d’armes et de ressources pondéreuses ».  

Crédits image : SEO