2014 : bon cru pour les exportations d'armement françaises

Share

Lors d’une conférence de presse qui s’était tenue le 11 mars, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian avait annoncé que le montant total des exportations françaises en 2014 dépasserait les 8 milliards d’euros ! Les chiffres exacts ont, comme annoncé, été révélés au début du mois de juin. Comme prévu, l’augmentation par rapport à 2013 est considérable, pas moins de 18 %, même si certains prévoyaient jusqu’à 26 %. En juin de l’année dernière, le ministre de la Défense avait annoncé qu’il visait les 8 milliards d’exportation en 2014. Pari tenu. En 2014, les exportations mondiales d’armement ont augmenté de 9 %. Avec 18 % d’augmentation, le moins que l’on puisse dire est que la France profite bien de la tendance mondiale.
 

Ce résultat constitue la meilleure performance à l’export de l’industrie française de défense depuis quinze ans
 

Mais on peut faire mieux ! Dans son « Rapport au Parlement 2015 sur les exportations d’armement de la France », le ministère de la Défense plaide pour l’instauration d’un système comparable aux Foreign Military Sales américaines (ventes de matériels achetés par l’Armée américaine à d’autres États et qui représentent un tiers des exportations d’armes des USA). Ce procédé assure à l’acheteur un produit qui répond à tous les critères du Département de la Défense américain, tout en bénéficiant du pouvoir d’achat américain et, éventuellement, d’intéressants contrats de soutien logistique. Plusieurs autres pays européens exportateurs d’armes, tels que le Royaume-Uni et l’Italie plaident également pour un système de ce genre.
 

Plusieurs cas concrets et les pratiques d’autres pays exportateurs de défense de recours à des « contrats d’État à État » plaident pour la mise en place d’un dispositif facilitant ponctuellement la vente d’armement via un accompagnement renforcé de la part de l’État français.

L’instauration d’un tel mécanisme en France permettrait de lier plus durablement la France avec ses partenaires commerciaux. L’émergence de nouveaux acteurs exportateurs sur le marché de l’armement, comme la Turquie ou la Corée du Sud par exemple, représente autant de nouveaux challengers qu’il s’agit de surpasser en proposant un package plus interessant, la qualité française étant déjà probablement la meilleure carte à jouer.

Jean-Yves Le Drian au Liban lors de la livraison des premiers missiles Milan


5 grands contrats représentent à eux seuls plus de 50 % du total des exportations françaises en 2014. On peut songer au contrat DONAS, avec l’Arabie saoudite et le Liban, ou aux Gowind 2500 à l’Egypte. Mais 2015 pourrait bien se révéler être une bonne année également.

Le Caracal a remporté un important contrat en Pologne


Le moins que l’on puisse dire est que le secteur de l’exportation d’armement français a le vent en poupe. Les premières commandes que la France a déjà enregistré en ce premier semestre de 2015 sont encourageantes : premières ventes du Rafale a l’export, vente d’une FREMM à l’Egypte, contrat Caracal en Pologne (peut-être au Koweït…). Une inconnue subsiste néanmoins, celle du contrat Mistral. Une résolution malheureuse de celui-ci (annulation de la vente à la Russie sans rachat par une quelconque marine) pourrait grêver le total du montant des exportations françaises…

L’Egypte a commandé quatre corvettes Gowind 2500 à DCNS


Quoi qu’il en soit, il faut que le gouvernement continue à soutenir les exportations françaises qui est un secteur qui ne connait assurément pas la crise partout dans le monde (et surtout hors Europe). Il y a encore beaucoup de marchés à conquérir et de mégacontrats à remporter!
 
Rapport au Parlement 2015 sur les exportations d’armement de la France