LOADING

Recherche

La pleine capacité opérationnelle pour Takuba

Partager

La Task Force Takuba a atteint sa pleine capacité opérationnelle (FOC), jalon officiellement acté aujourd’hui par la ministre des Armées Florence Parly et ses homologues estonien et tchèque à l’occasion de leur visite au Mali.

Cette unité de forces spéciales européennes atteint finalement la FOC à mi-chemin entre le jalon du tournant 2021 annoncé à l’origine et celui, moins optimiste, de l’été prochain indiqué en décembre 2020 par le général Stéphane Mille, sous-chef « Opérations » (SCOPS) à l’état-major des armées (EMA).

Qu’importe, Takuba progresse en tout cas dans la bonne direction et « cette déclaration symbolique marque la réussite d’une initiative européenne inédite pour l’accompagnement au combat des forces armées maliennes », résumait cet après-midi le ministère des Armées.

« “Full Operational Capability” (FOC) pour la Task Force Takuba. 3 mots qui officialisent le plein engagement des militaires européens contre le terrorisme au Sahel. 3 mots qui consacrent l’Europe de la défense. Satisfaction de voir ce projet montrer sa pleine puissance », ajoutait Florence Parly sur son compte Twitter.

La ministre des Armées Florence Parly et son homologue tchèque Lubomír Metnar en visite au Mali pour acter la FOC de Takuba (Crédits : EMA)

Lancée le 27 mars 2020, la Task Force Takuba rassemble à présent 600 militaires de huit pays, dont cinq ont engagé des détachements opérationnels. Fondé initialement sur un Task Group franco-estonien (TG1), le dispositif s’est considérablement élargi à partir de janvier 2021 et l’arrivée progressive d’autres contingents. Les Tchèques, premièrement, forment depuis janvier un second Task Group (TG2) avec les forces spéciales françaises. Celui-ci opère en appui de l’Unité légère de reconnaissance et d’intervention n°2 (ULRI 2) des Forces armées maliennes (FAMa).

Depuis février, les Suédois complètent le dispositif avec une force de réaction rapide d’au maximum 150 militaires, trois hélicoptères Black Hawk et un avion de transport C-130H basé à Niamey. Les premiers éléments du détachement italien sont arrivés à Gao le 12 mars. Enfin, le Portugal, la Belgique et les Pays-Bas contribuent, ou contribueront, avec des officiers de liaison insérés dans l’état-major de la force à Ménaka. D’après l’agence Belga, la Défense belge dépêchera trois officiers à partir du 19 avril, dont deux au Mali et un au Tchad.

La France déploie également des éléments de soutien et de commandement ainsi qu’une force de protection. L’ensemble est placé sous le commandement du général de brigade aérienne Philippe Landicheff, qui fut un temps à la tête du CPA 10. D’après le ministère des Armées, « d’autres pays vont rejoindre Takuba dans les prochains mois ». Au rang des contributeurs potentiels évoqués en janvier, l’Ukraine, la Grèce et la Hongrie.

Takuba totalise plus d’une vingtaine de missions depuis son engagement à l’automne 2020, dont certaines dans le cadre des opérations majeures Bourrasque et Éclipse menées par la force Barkhane. Des missions durant lesquelles elle « a été engagée au feu à plusieurs reprises », souligne le ministère des Armées.

Crédits photo : ministère de la Défense estonien

Tags:

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *