L’Australie rejoint le « club OCCAR »

Share

Un accord-cadre régissant la participation de l’Australie aux programmes conduits par l’Organisation conjointe de coopération en matière d’armement (OCCAR) est entré en vigueur ce mardi. L’Australie ne bénéficiait jusqu’alors que d’un statut d’observateur pour les programmes Boxer et Light Weight Torpedo, deux axes parmi d’autres dans lesquels elle souhaite davantage s’investir.

Ce faisant, l’Australie rejoint un petit club de participants non membres de l’OCCAR notamment composé des Pays-Bas et de la Lituanie. Cet accord permettra au partenaire australien de collaborer activement avec la dizaine d’États concernés et « facilitera une meilleure intégration de l’industrie de la défense australienne avec les maîtres d’œuvre basés en Europe », souligne l’organisation dans un communiqué.

L’opération se veut conforme à l’un des cinq principes fixés dans les accords fondateurs de Baden-Baden, à savoir que ces programmes « sont ouverts à la participation des nations non membres de l’OCCAR dans des conditions équitables et transparentes », déclarait pour l’occasion le directeur de l’organisation, l’amiral italien Matteo Bisceglia. « L’accord confirme également la confiance des Nations dans les capacités de l’OCCAR à gérer des programmes conjoints complexes », ajoutait-il.

Selon l’OCCAR, l’intérêt de l’Australie porte sur « plusieurs programmes », dont le véhicule blindé 8×8 Boxer, la torpille légère (Light Weight Torpedo) et l’hélicoptère Tigre. Trois matériels en service dans les forces armées australiennes et pour lesquels Canberra dispose ou a disposé du statut d’observateur. L’intérêt pour les deux premiers parait logique, celui pour le troisième moins.

L’Australie intègre le « club Boxer » en mars 2018 avec la commande de 211 véhicules dans le cadre du projet Land 400 Phase 2. En cours d’implémentation, le programme « Light Weight Torpedo » doit aboutir à la mise en place d’un mécanisme de soutien en service de la torpille MU90 produite en coopération par Naval Group, Thales et WASS (groupe Leonardo).

L’intérêt pour le programme Tigre, enfin, est une petite surprise. L’Australie n’en est plus observateur depuis au moins deux ans et s’est depuis positionnée très clairement vis-à-vis de l’avenir de ses 22 hélicoptères Tigre ARH. Leur remplacement par 29 Apache AH64-E américains a en effet été acté en janvier 2021 dans le cadre du programme Land 4503. Avec le retrait du Tigre et la réception des premiers Apache à compter de 2025, intégrer ce programme OCCAR n’aurait pas d’autre objectif que d’éventuellement se raccrocher au marché de soutien global.