L’Akeron MP reste sur trajectoire au Qatar

Share

Le VBCI n’était pas la seule carte jouée par l’industrie française lors du salon de défense DIMDEX, organisé cette semaine au Qatar. Le blindé pousse à sa façon l’Akeron MP de MBDA, dans le viseur des forces armées locales depuis un moment pour des applications qui dépassent le seul segment terrestre. 

Dès 2017, trois tirs réalisés par MBDA en territoire qatari avaient démontré les capacités du missile dans tous les modes disponibles, dont l’acquisition de cible avant (LOBL) et après le tir (LOAL). Deux ans plus tard, le missilier était à deux doigts de signer ce qui devait devenir le premier contrat export de l’Akeron MP. Las, le projet a lui aussi subi la réorientation des priorités qataries.

Cinq ans plus tard, l’Akeron MP reste favori pour renouveler une capacité pour l’instant assurée par les systèmes HOT et MILAN, indiquait un représentant de MBDA. Le missile continue de bénéficier de son intégration sur la tourelle RCT 40 du VBCI Mk II, véhicule proposé par Nexter dans le cadre d’un autre programme d’acquisition. Agnostique, le groupe européen maintient néanmoins les relations avec d’autres véhiculiers et systémiers en lice.

Les militaires qataris sont également demandeurs d’une solution à destination du fantassin débarqué mais aussi de leur marine, désireuse de l’opérer à partir de petites et de grandes embarcations. Le contexte se révélant à nouveau favorable, un marché pour plusieurs centaines de missiles pourrait se matérialiser à moyen terme. 

Au-delà, le Qatar lorgne sur une version emportée sur un tourelleau téléopéré, solution pour laquelle MBDA mise notamment sur un rapprochement avec Arquus. En 2022, les deux industriels avaient dévoilé conjointement un TTO baptisé Hornet Akeron et installé pour l’occasion sur le véhicule Scarabee d’Arquus, une combinaison qui se veut représentative de ce que l’armée qatarie envisagerait en matière de véhicule tactique de reconnaissance.

Non seulement une collaboration sur de futures évolutions de l’Akeron MP n’est pas exclue, mais l’intérêt du Qatar s’étend aussi d’ores et déjà à l’Akeron LP, un « grand frère » aujourd’hui en développement au travers du programme français MAST-F