La Russie a multiplié par trois le nombre de missiles des systèmes de ses défenses antimissile et antiaérienne.

Share

En 2015, la Russie a l’intention de développer sa production de systèmes de défense antimissile et de défense antiaérienne par trois, selon l’Agence TASS (09 avril 2015), citant une source au sein du ministère de la Défense nationale.
 
Parallèlement, les militaires ont l’intention de raccourcir le temps de déploiement de ces nouveaux systèmes (PRO/PVO) à travers le pays, y compris en Arctique et en Crimée.
 
Ce triplement de la production de systèmes antimissiles et antiaériens permettra de développer les capacités des nouvelles Forces aériennes et spatiales russes (VKO/ Войска воздушно-космической обороны), fondées le 1er décembre 2011, par la fusion de l’Armée de l’air et des Troupes de défense aérienne et spatiale.

Le S-300V4 est la version du S-300 qui dispose de la plus longue portée, près de 400 km


Au mois de mars 2015 avait commencé la production en série des missiles antiaériens à longue portée S-300V4. Il s’agit de la dernière version connue du système S-300 russe. Sa portée de vol est de 400 km, ce qui lui permet de s’adapter avec succès au système de défense aérien et spatial russe.
 
La Russie progresse aussi vite que les États-Unis en matière de développement de systèmes guidés par laser
Un réseau de nouvelles stations radar militaires russes dans l’Arctique fonctionnera sans personnel, comme l’a annoncé le 4 avril 2015, le commandant adjoint des Forces aériennes et spatiales (VKO), le général-major Kirill Makarov. Des tests officiels seront bientôt effectués sur une de ces stations arctiques.

Le général-major Kirill Makarov, commandant adjoint des Forces aériennes et spatiales russes (VKO)


Ce réseau est actuellement en cours d’installation dans l’Arctique et il constitue un enjeu stratégique majeur pour la Russie dans sa Région du Grand Nord. Il s’agit en effet d’une zone qui regorge de ressources pétrolières et gazières pour lesquelles s’opposeront les grandes puissances durant le siècle à venir. Il s’agit, pour les pays voisins (Russie, Canada, États-Unis, Chine), de réussir à mettre en valeur cette région par le biais de prospections géologiques, mais aussi de sécuriser par des moyens militaires.
 
Le général-major Makarov a également déclaré que le développement du système américain d’armes laser placées dans l’espace (Initiative de défense stratégique, IDS, promue sous l’ère Reagan en 1983) n’est plus aujourd’hui une chimère sortie de « Star Wars », mais que la Russie a bien, aujourd’hui, les moyens de contrer cette technologie.
 
Selon le général Makarov, le système américain a actuellement la capacité « d’aveugler » les instruments de renseignement russes, tout comme de détruire les missiles en vol. Il déclare savoir que de tels développements militaires ont lieu aux États-Unis, mais que les Forces spatiales russes n’accusent plus aucun retard en ce domaine.

Le S-400 est le missile antiaérien russe le plus évolué


Par ailleurs, Makarov a fait savoir que les tests concernant le nouveau système de missiles antiaérien S-400 se sont déroulés avec succès.