Des missiles Aster supplémentaires pour l’Ukraine

Share

La livraison à l’Ukraine d’un nouveau lot de missiles de défense sol-air Aster vient d’être actée, a annoncé cet après-midi le ministre des Armés Sébastien Lecornu lors d’une audition parlementaire. 

« Je viens de signer un deuxième lot de missiles Aster », a indiqué le ministre des Armées aux députés de la Commission de la défense nationale et des forces armées. Pas de système de défense sol-air SAMP/T supplémentaire donc, mais de quoi continuer à opérer l’exemplaire fourni l’an dernier conjointement par la France et l’Italie. 

Ni le nombre de munitions cédées, ni le calendrier de livraison n’ont été détaillés. Derrière, les efforts d’accélération se poursuivent au sein de l’entreprise concernée, le groupe européen MBDA. Une opération qui vise à diminuer de moitié le délai tout en augmentant de 50% les cadences. Elle vient s’ajouter à « ce travail avec MBDA de restauration de missiles » qui « nous permet de redonner des choses à l’Ukraine sans abîmer nos stocks », complète le ministre des Armées. 

L’aide française ne sera pas de trop à l’heure où la Russie multiplie ses frappes sur certaines infrastructures critiques de l’Ukraine. Depuis plusieurs semaines, celle-ci multiplie les appels auprès des nations partenaires afin de renforcer de sa défense sol-air. Avec, jusqu’à présent, des succès limités. Le Canada, par exemple, vient d’acter l’octroi de 52 M€ au profit de l’ « Immediate Action on Air Defence » (IAAD), initiative lancée en avril par une Allemagne elle-même donatrice d’un système PATRIOT additionnel. 

« La situation est effectivement tendue sur la ligne de front. Elle s’explique aussi par le fait que les armées russes cherchent aussi à profiter de ce temps de latence avec lequel l’aide américaine arrive de nouveau. (…) Il y a un délai, et donc il y a une pression très importante qui est exercée par les forces armées de la Fédération de Russie sur cette partie là », observe Sébastien Lecornu. 

L’Ukraine perdrait environ 20 km2 en moyenne par semaine, rappelle le ministre des Armées. Un recul qui, s’il « n’est pas spectaculaire au regard de la ligne de front, (…) ne va pas dans le bon sens », estime-t-il.

L’annonce intervient quelques heures après un nouvel entretien téléphonique entre chefs d’État français et ukrainien. L’occasion pour Emmanuel Macron de « détailler les livraisons des prochains jours et prochaines semaines en soutien de l’effort militaire ukrainien » et pour Volodymyr Zelensky de revenir sur les besoins urgents auxquels la France pourrait répondre. 

Derrière le renforcement du parapluie anti-aérien, les échanges ont ainsi porté sur l’envoi potentiel de nouveaux systèmes d’artilleries et de lots d’obus. Visiblement satisfaite des CAESAR qu’elle emploie depuis le printemps 2022, l’Ukraine avait commandé, fin 2023, six exemplaires supplémentaires et « a exprimé un nouveau besoin important de plusieurs CAESAR », indique aujourd’hui le ministère des Armées en réponse à une question parlementaire. 

Crédits image : DGA EM